Home Psycho & Sexo Je suis atteinte du Human Papilloma Virus

Je suis atteinte du Human Papilloma Virus

Amour et relations | Maladie

Je m'appelle Sara.. J'ai 26 ans et aujourd'hui, ma gényco m'a appelé pour m'annoncer que j'étais atteinte d'une MST: le Human Papilloma Virus. Je ne comprends pas… Et je suis très triste. Je ne sais pas quoi faire… J'ai été vaccinée contre cette maladie (Gardasil) et on m'avait fait un frottis et une écho du bassin pour être sûre que je n'avais rien avant le vaccin.

Quand on m'a fait le vaccin, je prenais de l'imuran pour calmer ma maladie chronique (RCUH). Ce médicament a pour effet de diminuer le système immunitaire.

Après ce vaccin, je n'ai plus été chez ma gényco… Car je n'avais pas de rapport sexuel…
J'ai un copain depuis bientôt un an et j'ai jugé bon d'aller faire ma visite… On ne se protège pas durant nos rapports.

Je me sens très mal… Je me sens sale… J'ai l'impression d'être à la fin de ma vie… J'ai plus envie de me battre pour rien! J'ai un condylome à l'intérieur de moi et je dois refaire un examen dans 6 mois…

Je n'ai eu aucun traitement… Je dois juste attendre… J'ai ordonné à mon copain d'aller faire une visite. Il se sent très mal lui aussi car il soupçonne de me l'avoir transmise car il a eu plusieurs partenaires avant moi. Il m'a dit qu'il m'aimait et qu'il ne partirait pas…

Moi j'ai juste envie de mourir… C'est le seul garçon avec qui j'ai eu des rapports… J'ai besoin d'aide… Je ne sais pas quoi faire 🙁 Je suis terriblement déprimée…


Bonjour Sara,

Je peux comprendre votre souffrance, pas facile d’apprendre que l’on souffre d’une IST (Infection Sexuellement Transmissible). Cependant, je vous conseille de ne pas trop vous angoisser. En effet, le papillomavirus (ou encore les condylomes ou virus HPV) est l’une des IST les plus répandues en Belgique et les conséquences ne sont pas forcément dramatiques.

Que pouvons-nous dire sur ce virus ? Tout d’abord, qu’il en existe plusieurs formes, qu’il est très contagieux et qu’il se transmet par contacts sexuels (pénétration, rapports bucco-génitaux, caresses sexuelles sans pénétration…). La plupart du temps, les symptômes sont invisibles mais parfois, il peut y avoir des sortes de petites verrues sur les parties génitales, sur l’anus et plus rarement, dans la bouche. Ces lésions cutanées peuvent être traitées relativement facilement.

Ce virus fait parfois peur car lorsqu’il n’est pas traité et qu’il s’installe durablement dans l’organisme, il peut aboutir au cancer du col de l’utérus. Mais attention, ce n’est pas forcément le cas ! Tout d’abord car tous les papillomavirus ne sont pas capables de favoriser le développement d’un cancer. De plus, dans la majorité des cas, l’organisme élimine spontanément le virus.

Aujourd’hui, il est en effet possible de se faire vacciner contre les HPV. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce vaccin ne protège que contre toutes les formes du virus et donc, il est toujours possible de développer un papillomavirus, même si on a été vacciné. C’est pour cela qu’il est très important de faire un frotti de dépistage chez son gynécologue au moins tous les 2 ans.

Enfin, ajoutons tout de même que le seul moyen de s’en protéger (avec le vaccin), c’est d’utiliser un préservatif lors des rapports sexuels et d’éviter les contacts avec les lésions cutanées.

Je vous conseille vivement de parler de vos craintes avec votre gynécologue qui pourra répondre à vos questions plus précisément. Ne restez pas seule, parlez-en, cela vous aidera certainement.

J’espère avoir pu quelque peu vous rassurer et vous souhaite bonne route pour la suite.