Home Psycho & Sexo ÉTUDE: si vos potes sont méga bourrés, vous vous sentirez moins saoule

ÉTUDE: si vos potes sont méga bourrés, vous vous sentirez moins saoule

Giphy
Ça paraît fou dit comme ça, mais c'est la vérité: si vos potes sont ivres morts, vous vous sentez bien moins saoule qu'eux. Même si vos réactions sont dictées par votre cerveau, la pression sociale liée à l'alcool y est aussi pour beaucoup.

Votre cerveau, ce petit farceur

Et oui, malgré ce que vous pourriez penser, ce ne sont pas votre estomac ou vos jambes qui vous aident à stopper votre main de s'approcher de vos lèvres avec un verre. Votre cerveau joue le rôle de régulateur, un peu comme dans une voiture. C'est à une étude anglaise, réalisée par Biomed Central, que l'on doit tout cela:

Lorsqu’ils sont ivres et dans des environnements de boisson, les gens règlent leur perception de leur propre ivresse sur celui des personnes du même sexe qui les entourent, et non sur leur véritable niveau d’ivresse.

Ainsi, en compagnie d’autres personnes ivres, les buveurs ont plus tendance à sous-estimer leur propre niveau de boisson, d’ivresse et les risques associés.

Le seule petite différence est que votre cerveau se base sur ce qui vous entoure. Donc, en gros, si vous sortez avec vos potes et qu'ils sont archi super bourrés, vous aurez l'impression que votre corps peut encore ingurgiter quelques bières. Bah oui, "eux, ils sont pires que moi, regarde Vaness, elle va vomir presque'!"

La pression sociale au max!

Combien de fois vous avez entendu ça: "quoi tu bois pas? Mais attends, c'est samedi soir, faut faire la fête là! Allez, je t'ai pris un ptit mojito…". Même si on en parle trop peu, la pression sociale liée à l'alcool est bien trop forte. 

Pour faire simple, si vos potes boivent, vous vous sentez obligée de boire, encore et encore. Et même si vous n'en avez plus forcément envie, vous buvez quand même, sans trop savoir pourquoi. Comme le précise Simon Moore, un des chercheurs en charge de l'étude:

Si vous allez dans des endroits où vous voyez de nombreuses personnes boire, cela ne peut que se perpétuer. On a tendance à boire plus pour s’intégrer, j’imagine.

Ce que je propose, c’est que l’on change l’esprit de ces environnements. Plutôt que d’avoir des endroits centrés sur la consommation d’alcool, on pourrait changer les choses en proposant des lieux de sortie où l’on ne propose pas d’alcool.

Comme nous l'avons vu avec la campagne de la fédération Addict'Aide, via le profil Instagram de la jolie Louise Delage, l'alcoolisme est une réalité et elle ne touche pas que les gens à la télé. Elle peut toucher à vos potes, et même vous entraîner dans son tourbillon! Alors on y va un peu mollo sur la bouteille et on se fait des soirées Bluechai à la place, bien mieux pour la gueule de bois du lendemain.

Plus de nouvelles qui nous font réagir:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.