Home People « Elle ne peut pas garder un homme… »Jennifer Aniston dénonce le sexisme qu’elle...

« Elle ne peut pas garder un homme… »Jennifer Aniston dénonce le sexisme qu’elle subit dans la presse

Reporters
Reporters

Dans une interview vérité accordée au magazine In Style, Jennifer Aniston aborde son divorce d’avec Justin Theroux, le bébé qu’elle n’a pas eu, les critiques de la presse et la pression que subissent les femmes à Hollywood. Des propos sans langue de bois.

« Non je n’ai pas le cœur brisé ». Une phrase qui donne le ton du reste de l’interview. Après une période de silence médiatique, Jennifer Aniston souhaite faire taire les rumeurs qui entourent sa séparation et le harcèlement qui répond au moindre de ses faits et gestes ces dernières années. Depuis sa séparation d’avec Brad Pitt en 2005, l’ex-Rachel de Friends fait en effet régulièrement les gros titres, tantôt pour ses ruptures, tantôt pour ses prétendues grossesses. Un schéma sexiste et moralisateur que la star condamne aujourd’hui.

Jen refuse d’avoir un bébé parce qu’elle trop égoïste et ne pense qu’à sa carrière. Jen ne peut pas garder un homme. J’ai clairement eu ma part de sexisme dans les médias. Les femmes sont opposées les unes aux autres sur leur apparence, leurs vêtements et d’autres choses superficielles.

Considérée comme malheureuse et éplorée depuis l’annonce de son divorce avec Justin Theroux, qu’on annonce lui régulièrement en couple avec d’autres actrices, souvent plus jeunes, Jennifer Aniston remet les pendules à l’heure.

Non, je n’ai pas le cœur brisé. Quand un couple se sépare à Hollywood, c’est la femme qui est méprisée. La femme est laissée seule et malheureuse. Elle devient une ratée. Avez-vous déjà lu qu’un homme divorcé et sans enfant était une « vieille fille »?

Produit endommagé

De même, à 49 ans, la belle n’est pas maman et aimerait que l’on cesse de l’interpeller sans cesse sur le sujet. « Personne ne sait ce que j’ai traversé, médicalement et émotionnellement. Il y a une pression sur les femmes pour qu’elles deviennent mères. Si elles ne le sont pas, elles sont un produit endommagé. Peut-être que mon but sur cette planète n’est pas de procréer, peut-être qu’il y a d’autres choses que je suis censée faire? ». Jennifer Aniston explique prendre habituellement du recul face aux gros titres racoleurs et aux ragots qui la concernent, mais elle aimerait malgré tout que l’on arrête de soumettre les femmes à des diktats physiques si violents:

Il est temps d’arrêter de penser la beauté en terme de taille 36, de bonne taille de fesses et de bon tour de poitrine. C’est juste dépassé. Passons à autre chose.

Et d’affirmer qu’elle se consacre aujourd’hui à « son travail, ses amis, ses animaux et à la meilleure façon d’améliorer le monde ». Un joli programme, qui nous amènera à la retrouver bientôt à l’affiche de Dumplin’ et de What Alice Forgot.

Talk about her all you like, but with great friends, new projects, and still-perfect hair, September cover star Jennifer Aniston is doing just fine. And at 49, she knows who she is. That means no boundaries, no bullshit, and lots of laughing. “For the most part I can sit back and laugh at the ridiculous headlines because they have gotten more and more absurd,” she tells her close friend @MMcNearney, who interviewed her for her refreshingly candid cover story. “I guess they’re feeding into some sort of need the public has, but I focus on my work, my friends, my animals, and how we can make the world a better place. That other stuff is junk food that needs to go back in its drawer.” Read the full interview at the link in bio. | Photographed by @BenHassett; Styled by @JuliaVonBoehm

A post shared by instylemagazine (@instylemagazine) on

D’autres actus people:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.