Home People “Arrêtez de blâmer les victimes de ne pas quitter leur abuseur plus...

“Arrêtez de blâmer les victimes de ne pas quitter leur abuseur plus tôt”, le cri du coeur de FKA Twigs

LONDON, ENGLAND - SEPTEMBER 16: FKA Twigs attends the Burberry September 2019 show during London Fashion Week, on September 16, 2019 in London, England. (Photo by David M. Benett/Dave Benett/Getty Images for Burberry)

Depuis ses révélations explosives sur les abus dont elle aurait été victime aux mains de Shia LaBeouf, la chanteuse FKA Twigs fait les gros titres. Et alors que nombre d’entre eux se permettent de s’interroger sur les raisons pour lesquelles elle est restée dans une relation abusive, la Britannique remet les pendules à l’heure.

“Les gens disent ‘oh c’est bon, sa relation ne devait pas être si terrible que ça puisqu’elle n’est pas partie’ alors que la vérité c’est que c’est justement parce que la situation était si grave que je ne pouvais pas partir” a rappelé FKA Twigs dans un entretien accordé à la BFF d’Oprah Winfrey, Gayle King. Alors que cette dernière confiait être mal à l’aise avec la question et avoir décidé de tout de même lui demander pourquoi elle n’avait pas quitté Shia, FKA Twigs a répondu de la meilleure des manières.

Lire aussi: Le rappeur Moha la Squale, accusé de violences conjugales dans une Story virale

Il est temps d’arrêter de poser cette question. Parce que la question devrait plutôt être posée aux abuseurs, c’est à eux qu’on devrait demander pourquoi ils gardent des personnes otages en les brisant physiquement et psychologiquement”.

Avant d’ajouter qu’il lui semblait important de ne plus s’expliquer sur “pourquoi elle n’est pas partie”, une position que nombre d’autres victimes de violences trouveront sans aucun doute libératrice. Et elles ne sont pas les seules: sur Instagram, Margaret Qualley, actrice et fille d’Andie McDowell, qui avait été à plusieurs reprises avec Shia ces dernières semaines, a partagé une photo de FKA Twigs avec en légende, un “merci” qui en dit long.

Pour rappel, si vous ou un·e de vos proches êtes victime de violence, les lieux d’accueil pour victimes de violence conjugale sont rassemblés ici pour Bruxelles et Liège, tandis que l’AMA rassemble les maisons d’accueil disponibles aux quatre coins de la Belgique.

Lire aussi: