Home Mode & Beauté Un mannequin transgenre pour la première fois en cover de Vogue

Un mannequin transgenre pour la première fois en cover de Vogue

Instagram
Bouche pulpeuse et regard de braise, la Brésilienne Valentina Sampaio est superbe. Elle est aussi le premier top transgenre à figurer en couverture de Vogue Paris. "L'étendard glam d’une cause en marche" comme le souligne Emanuelle Alt, rédactrice en chef du magazine.

"La beauté transgenre: comment elles bouleversent le monde". Le titre trône en grand sur la une, aussi fier que le regard de celle qui le représente. Ambassadrice de l'Oréal, actrice et mannequin qui cartonne, Valentina est sur les traces des plus grandes de l'univers de la mode. Elle est aussi la représentante d'une cause et d'un combat: celui des individus transgenres. Encore trop souvent victimes d'exclusion sociale et de jugements.

Une première victoire

En plaçant Valentina Sampaio en couverture de son numéro de mars, l'un des plus vendus de l'année, Vogue fait un pari aussi osé qu'empreint de tolérance et reste fidèle à sa réputation de magazine libre. C'est lui qui en 1988 avait fait de Naomi Campbell la première cover girl afro-américaine, lui encore qui avait offert sa une à J.Andre, modèle black et androgyne. Et si c'est un acte engagé, ce n'est pas une fin en soi comme l'explique Emmanuelle Alt, la rédactrice en chef du Vogue Paris, pour qui il reste encore beaucoup à accomplir pour changer les mentalités:

Si Valentina truste la couverture de Vogue c'est qu'elle incarne malgré elle un combat, séculaire et douloureux, pour ne plus être perçue comme une exilée du genre ou une créature à part.


Carrière au top

La belle brésilienne n'a en tout cas pas attendu cette publication pour se faire un nom. Digne héritière de sa compatriote Gisèle Bundchen, cette grande bringue d'1 mètre 77 aux jambes interminables est déjà suivie par 40.000 admirateurs sur Instagram et fait de nombreuses apparitions sur les podiums de grands couturiers. Une jolie réussite, et l'espoir qu'un jour  Valentina Sampaio ne soit plus reconnue pour son identité et pour son parcours singulier, mais uniquement pour ses qualités et son talent. Comme le conclut Emanuelle Alt.

Le jour où une transsexuelle posera en 'une' d'un magazine et qu'il ne sera enfin plus nécessaire d'écrire un édito sur le sujet, on saura que la bataille est gagnée.

 

A post shared by Valentina Sampaio (@valentts) on

 

A post shared by Valentina Sampaio (@valentts) on

 

A post shared by Valentina Sampaio (@valentts) on

 

A post shared by Valentina Sampaio (@valentts) on

D'autres initiatives empruntes de tolérance:



Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.