Home Mode & Beauté méson, la nouvelle marque belge d’upcycling qu’on se languit de porter

méson, la nouvelle marque belge d’upcycling qu’on se languit de porter

La mode se veut de plus en plus écoresponsable et éthique. La preuve avec l’arrivée de méson, une nouvelle marque belge qui récupère des tissus de la maison destinés à être jetés afin d’en faire des vêtements et des accessoires.

méson

Derrière ce projet se cachent Annabelle et Thaïs. Elles se rencontrent durant leurs études en communication et se découvrent une passion commune pour la créativité. Deux ans plus tard, alors qu’elles sont parties faire un tour du sud de la France, les deux amies décident qu’elles créeraient leur propre métier, un métier où elles pourraient exprimer leur créativité et surtout, un métier qui a du sens. Une fois leur diplôme en poche en septembre 2020, les deux nanas se lancent et commencent par chiner des essuies au marché de la Place du Jeu de Balle. L’une fait un stage dans la mode responsable, l’autre suit une formation en marketing digital et en gestion de projet. En parallèle, elles préparent leur candidature pour Boost Your Project. Des mois plus tard, elles sont retenues et commencent à peaufiner leurs créations.

Se soucier de l’environnement et de l’éthique ne doit pas être un frein pour s’habiller comme on le souhaite.

Upcycler au lieu de jeter

méson, c’est une marque belge, durable, circulaire, locale, décalée et transparente. Annabelle et Thaïs ont à cœur de donner du sens à leur métier. Mais les deux créatrices ne veulent pas donner de leçon, elles veulent avant tout conscientiser sur le juste prix et l’importance de consommer de façon plus locale et responsable.

Nous souhaitons tendre vers le zéro déchet. Les vêtements et accessoires sont fabriqués à partir de matières vouées à être jetées, qui sont récupérées et puis valorisées. En plus de reprendre des déchets textiles, nous utiliserons nos micro chutes de tissu et souhaitons travailler en collaboration avec des artisans et designers belges afin de créer des objets de la maison (par exemple, des tapis). Ainsi, la boucle est totalement bouclée.

méson utilise des matières premières provenant de déchets d’entreprises belges. Les productions sont réalisées par des couturières et couturiers à Bruxelles, Wavre et Malines. méson a apposé sur les étiquettes de ses créations un QR code donnant accès à toute l’histoire de ses vêtements. On y trouve des informations concernant la création, l’endroit d’où vient le tissu ainsi que la personne derrière la conception.

Capsule 1

Pour sa première collection, méson propose de rentrer dans la salle de bains. Cette capsule a été créée à partir de serviettes de bain destinées à être jetées. Les deux jeunes femmes ont fait appel à une blanchisserie située près d’Anvers. Cette entreprise gère la gestion de linge dans les hôtels, les restaurants et les entreprises. Mais vu que ces lieux n’utilisent que du linge immaculé… méson récupère les pièces abîmées ou tachées et les transforme pour en faire des pièces de mode tendance et canon! La collection se compose d’un bob, d’un top bandeau et d’un top dos nu.

La collection est disponible sur Ulule, une plateforme de crowfunding. Plus d’info bientôt sur mesonbrussels.be.

Lire aussi