Home Mode & Beauté Des crèmes solaires bio pour sauver la barrière de corail

Des crèmes solaires bio pour sauver la barrière de corail

Shutterstock
La crème solaire est indispensable pour protéger notre peau du soleil. Elle nous permet de bronzer sans ressembler à une écrevisse. Mais ses bienfaits ne sont pas sans conséquence sur l'environnement. 

Un vieillissement prématuré de la peau, non merci. Les professionnels de la santé sont formels, la crème solaire est in-dis-pen-sable. Sans elle, les rayons UV réduiraient notre beau visage à l'état d'une écaille de poisson cuit. Pourtant, pour notre santé et celle de la planète, la crème solaire serait catastrophique.

Touche pas à mes coraux

Les chiffres sont alarmants. Chaque année, 25.000 tonnes de crème solaire partent dans les océans et 4000 atteignent les récifs coralliens. Ce contact provoque immédiatement leur mort. La substance en cause est une molécule appelée dioxyde de titanium. C'est grâce à elle que les rayons du soleil sont déviés de notre peau par un effet miroir. Mais le constat est sans appel: 10 % des récifs sont en danger uniquement à cause de nos protections solaires. 

La solution? Les crèmes bio

Les producteurs de crèmes bio ont banni tous les produits nocifs pour l'environnement de leur composition. Elles sont généralement composées de filtres minéraux comme l'oxyde de zync. Ce dernier reflète les rayons du soleil aussi bien que son collègue toxique mais ne présente aucun risque ni pour notre santé, ni pour nos amis coraux.

Un perturbateur endocrinien

Si la volonté de préserver notre planète n'a pas réussi à vous convaincre, sachez également que les crèmes solaires non biologiques contiennent des particules perturbatrices des glandes hormonales. Comme pour beaucoup de produits cosmétiques, les agents actifs des protections solaires proviennent du pétrole. Ils sont donc aussi cancérigènes.

Où shopper ma crème solaire bio? 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.