9 raisons de vénérer ceux qui travaillent le week-end

    Giphy
    Aux premières heures du lundi matin, vous comptez déjà les minutes avant le sacrosaint vendredi soir. Mais ayez une pensée émue et compatissante pour tous ceux dont la semaine ne s'achève pas là et qui continuent à trimer alors que vous trinquez ou vous remettez de la veille.

    Sur le papier, cela semblait une bonne idée. Un horaire décalé, un congé en semaine et parfois même un salaire plus avantageux. Et puis il y a eu le rappel douloureux du bonheur de flâner en pantoufles le dimanche et de s'offrir une grasse matinée le samedi matin. Alors, on offre un moment d'empathie à tous ceux dont cette dure réalité est une part du quotidien.

    1. Ils sont courageux

    work1

    Il faut du cran et une bonne dose de force morale pour sacrifier volontairement son week-end ou accepter un emploi qui l'impose.

    2. Ils regardent les autres profiter

    work2

    À croire que tout le monde se balade avec une pancarte "détente et bonheur". Les inconnus semblent trainailler dans les rues avec un sourire ravi. Chéri ne se lève pas avant 14h et les amis nous harcèlent pour passer faire un coucou. L'enfer!

    3. Ils ne trouvent personne pour sortir en semaine

    work3

    Ils opteraient bien pour un petit verre en ville ou pourquoi pas pour un ciné avec les copains. Sauf qu'il semble y avoir un mystérieux couvre-feu qui retient chacun chez lui après 22h. #CommentÇaDemainCestMardi?

    4. Ils ratent le shopping

    work4

    Les magasins sont certes ouverts d'autres jours, mais cela n'a pas le même goût. Il manque cette petite dose d'excitation et d'électricité dans l'air, propre au fait de dévaliser les boutiques le samedi.

    5. Ils doivent se faire violence pour refuser les invitations de leurs potes

    work5

    "Non malheureusement je ne viendrai pas à ta soirée. On est vendredi et je travaille demain." Mode désespoir enclenché.

    6. …ou travailler à un stade d'épuisement avancé

    work6

    Bon, d'accord, je passe, mais je ne reste pas tard, je bosse le lendemain. Oh, il fait jour. Oups.

    7. Ils n'ont pas une vie de couple des plus simples

    work7

    Pour Namour, cette semaine qui s'achève est synonyme d'organisation intensive de fiestas. Et vous semblez plutôt rabat-joie à lui demander, ainsi qu'à ses potes, de parler plus bas pour vous permettre de dormir. Quand vous ne faites pas que seulement vous croiser. "Bon amusement mon cœur, moi je suis épuisée, je vais au lit."

    8. Ils vivent plus de redbull que d'alcool

    work8

    Comment s'offrir une fête digne de ce nom quand on sait que l'horreur du réveil précoce nous guette. #QuatreCafésSilVousPlait.

    9. Ils ne connaissent pas le terme week-end

    work9

    Alors que l'univers entier scande un royal "Thanks god it's friday", ils affrontent courageusement et dans la solitude cette semaine qui n'en finit pas.

    À découvrir aussi:

    Jobs

    Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

    Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.