6 situations qui nous arrivent à chaque fois qu’on va au Quick

    Giphy.com
    Plus qu'un kif culinaire, le Quick est une addiction, qui a le pouvoir de révéler notre dark side et notre côté bipolaire.

    1. On se promet chaque fois de ne pas y aller

    Tout bon Quick commence par un déni. "Oh, j'irais bien au Quick… Nan mais c'est pas healthy!", "Roo, j'irais quand même bien au Quick. Allez non, ça fait grossir!", "Doudou, si on allait au Quick, mais qu'on prenait que un Cheese pour deux?" Le Quick, c'est le doute, la traversée fébrile sur l'axe du bien ou du mal. Et c'est toujours le mal qui l'emporte.

    2. On prend chaque fois la mauvaise file

    On a mis sur pied une technique de guedin pour être dans la file la plus rapide, mais ça ne marche jamais. Parce qu'il y a toujours six enfants qui déboulent à un moment dans les genoux de leurs parents et qui commandent tout le restaurant!

    3. On se dit chaque fois qu'on mangera light

    Mais on finit toujours par se bourrer la panse. "Oh si je prenais une salade au thon? Oh et puis non, mettez-moi un Maxi Giant, 11 chicken dips et des churros, s'il vous plaît!"

    4. On reste chaque fois collée au sol

    Parfois même, on arrive à sortir notre pied de notre chaussure sans qu'elle ne bouge, tellement le sol colle comme de la glu.

    5. On croit chaque fois qu'on est adulte

    On fait genre la Magic Box, c'est pour les bébés, mais franchement on aime bien le lait à la fraise et le cadeau qu'il y a dedans. Et si personne ne nous espionnait, on ferait bien des bombes dans les boules.

    6. On regrette chaque fois d'y être allée

    Parce que c'est pas healthy, que les filles sont trop longues, qu'on a pris trois kilos en vingt minutes, que le sol colle et qu'il y a trop de mioches qui crient. MAIS ON FINIT TOUJOURS PAR Y RETOURNER. #SCHYZO

    Le gras, c'est la vie:

    Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

    Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.