Home Lifestyle Voyage TESTÉ POUR VOUS: un road-trip d’une semaine en Normandie et en Bretagne...

TESTÉ POUR VOUS: un road-trip d’une semaine en Normandie et en Bretagne au volant d’un motorhome

Depuis la crise du Covid, les motorhomes et caravanes n’ont jamais été aussi tendance. Notre journaliste Émilie a testé un road-trip d’une semaine de voyage dans un camping-car et le verdict est sans appel: ce fut le plus l’un des plus chouettes voyages de sa vie.

Avant, on planifiait des voyages à l’autre bout du monde, on avait soif d’exotisme, de plages de sable blanc, de climat tropical, d’humidité dans les cheveux. Mais l’arrivée du Covid a sensiblement modifié nos projets, revu à la baisse notre niveau d’exigence et surtout, nous a poussé·e·s à découvrir des régions proches de notre plat pays.

C’est en cherchant une compagnie louant des motorhomes que je suis tombée sur le site de Nomade Motorhomes. Ouverte en février 2020, cette société gérée par quatre jeunes amis propose pas moins de 17 motorhomes pouvant accueillir jusqu’à 7 passagers selon le modèle. À partir de 92,86 euros par nuits, on part à l’aventure au volant d’un de ces bolides. Nous avons roulé avec le Sunliving S75SC, un motorhome qui comprend quatre places assises, cinq places couchées, un WC chimique, une douche, une cuisine au gaz (avec trois (!) taques de cuisson) et un énorme espace de rangement à l’arrière du véhicule. L’engin qui mesure plus de 7 mètres de long est le seul de leurs véhicules bénéficiant d’un lit deux places à hauteur d’homme, faisant de ce camping-car le modèle idéal pour les couples.

Le motorhome

Pour conduire un motorhome, il faut avoir en sa possession un permis voiture (et ne pas avoir peur d’être au volant d’un bolide assez long et impressionnant; autant dire que j’ai préféré laisser la place à mon mari afin d’être sûre de récupérer la caution…). Dans l’habitacle, on se déplace facilement, le plafond est assez haut pour qu’un homme puisse se tenir debout, le mobilier est moderne et épuré, le lit est confortable. On est vraiment loin du cliché du motorhome un peu kitsch et vieillot. Nomade Motorhomes propose la formule all-in qui comprend un porte-vélos, un kit vaisselle, un kit nettoyage, une smart TV, du mobilier extérieur, une assurance omnium et une assistance 24/7.

L’expérience du voyage nomade

J’avais quelques a priori quant à la grandeur du motorhome, j’avais peur de me sentir étriquée, à l’étroit, de vouloir tabasser mon mari, de ne pas bien dormir et pourtant… Quelle ne fut pas ma surprise de constater combien vivre en espace clos est aussi satisfaisant et apaisant. Chaque moment passé à bord de l’engin est unique et amusant: la conduite quand on croise les autres camping-caristes qui vous saluent comme si vous apparteniez à leur communauté, le moment du repas, l’instant où l’on cherche l’endroit où on passera la nuit, la soirée face à la mer, à jouer aux cartes ou à papoter, loin des réseaux sociaux et de la télévision et puis la nuit, collés-serrés en entendant le bruit des vagues…

Notre itinéraire

Jour 1

Nous avons décidé de rouler jusqu’en Normandie et de faire la partie nord de la Bretagne. Après 4 heures de route, nous avons passé la nuit à Fécamp, sur un parking autorisé en bord de falaises avec une vue imprenable sur la mer.

Jour 2

Au petit matin, direction le sud pour passer la journée au Mont-Saint-Michel. Après cette visite, nous avons roulé jusque Dinard et avons passé la soirée et la nuit dans un “vrai“ camping. Car oui, voyager en motorhome c’est bien, c’est la liberté (les cheveux presqu’au vent), mais c’est aussi des obligations comme celles de vider l’eau sale, de remplir l’eau propre, de vider le WC, de recharger la batterie de la cabine… Pour passer la nuit, nous nous sommes arrêtés au camping Port Blanc.

Jour 3

Le lendemain, nous avons roulé vers Saint-Malo où nous avons passé la journée à visiter cette ville portuaire aux célèbres remparts. Balade sur la plage, dans les ruelles de la ville et restaurant en terrasse pour déguster du délicieux poisson fraîchement pêché. Après cette belle journée, nous avons roulé et passé la nuit au bord d’un lac, à Plédéliac. Comme en atteste la photo, une fois de plus, nous sommes seuls au monde.

Jour 4

Aux aurores, direction le Cap Fréhel pour visiter son phare. Nous sommes ensuite descendus un peu plus loin vers le Cap Bréhat et avons décidé de prendre un bateau pour visiter l’île de Bréhat, surnommée l’île aux fleurs. Le soir, nous avons trouvé un bel endroit isolé où nous garer à Langoat.

Jour 5

Le cinquième jour, nous nous sommes rendus jusqu’au village préféré des Français en 2015: Ploumanac’h. Nous nous sommes baladés sur la Côte de Granit Rose et avons visité le phare de Men Ruz à Perros Guirrec. Après cela, nous avons fait une halte et passé la nuit sur l’île Grande qui est sans conteste mon coup de cœur de ce voyage. Cette île encore sauvage offre des paysages d’une beauté sans nom.

Jour 6

Au réveil, nous sommes partis découvrir les plages du débarquement. Nous avons visité le Musée du Débarquement de Utah Beach ainsi que sa plage. Petit arrêt à la Pointe du Hoc et ses énormes trous creusés dans le sol par les obus de la guerre et enfin, nous avons été impressionnés par le Cimetière militaire à Colleville-sur-Mer et ses 9386 tombes.

Après cette visite riche en émotions, nous avons pris le cap vers Deauville et avons passé la nuit au camping le Chant des oiseaux, face à la mer, avec le plus beau coucher de soleil que j’ai pu voir de ma vie.

Jour 7

Le lendemain, nous avons visité Deauville (je vous conseille le restaurant Mamma Mia face au port) et avons repris la route vers le nord, direction Hardelot. Nous avons trouvé un parking pour motorhomes afin d’y passer notre dernière nuit, une fois encore face à la mer.

Pourquoi réserver chez Nomade Motorhomes?

  • Le motorhome est neuf, ultra confo et facile à conduire (selon les dires de mon amoureux)
  • Le kit all-in facilite la vie
  • Les espaces de rangement du motorhome permettent de laisser la cabine parfaitement rangée
  • La propreté du véhicule

Les plus du voyage nomade

  • La totale liberté de faire ce qu’on veut quand on veut
  • La possibilité de voyager et de visiter plusieurs endroits en peu de temps
  • Pas de check-in ni de check-out tous les jours comme à l’hôtel
  • Pas de valise à faire et à défaire
  • Les vues à couper le souffle pour passer la nuit ou simplement s’arrêter pour quelques heures
  • Le retour à l’essentiel et aux choses simples

Les moins du voyage nomade

  • Le coût de l’essence (nous avons dépensé 400 euros pour 1 semaine de voyage)
  • Certains endroits interdits d’accès aux motorhomes

Conseils

  • Téléchargez l’application park4night sur votre smartphone. Cette app recense des campings sauvages, des campings officiels et des parkings de jour et de nuit. Elle rassemble également les commentaires et les notes de ses utilisateurs, facilitant grandement la recherche d’un lieu où passer la nuit.
  • Le stationnement représente un certain coût à ne pas lésiner. En effet, un camping officiel peut rapidement coûter aux alentours des 30 euros (emplacement et électricité comprise). Un simple parking pour motorhomes est souvent également payant. À cela s’ajoute les péages et l’essence.
  • Prenez vos vélos afin de pouvoir facilement vous déplacer dans les endroits que vous visitez car certaines villes semblent ne pas adorer la présence des camping cars.
  • Ne vous garez pas n’importe où. D’après l’article R111-33, le camping sauvage est interdit sur les rivages de la mer et dans les sites inscrits, dans les sites classés ou en instance de classement, dans les secteurs sauvegardés, dans le champ de visibilité des édifices classés au titre des monuments historiques et des parcs et jardins classés ou inscrits et ayant fait l’objet d’un périmètre de protection ainsi que dans les aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine ou, lorsqu’elles subsistent, dans les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager et dans un rayon de 200 mètres autour des points d’eau captée pour la consommation (source: Lecampingsauvage.fr).
  • Respectez l’endroit où vous passez la nuit et repartez le lendemain en laissant le lieu aussi propre que vous l’avez trouvé.
  • N’oubliez pas que la route peut être longue et que les distances d’un point à l’autre peuvent vite prendre du temps. Les temps indiqués sur Waze correspondent à la vitesse d’une voiture et non d’un motorhome qui est beaucoup plus lourd. Nous pensions descendre jusqu’à Crozon mais avons décidé de ne pas y aller par manque de temps.
  • Saluez les camping-caristes de la main quand vous les croisez sur la route!
  • Envie de partir en vadrouille au volant d’un motorhome? Jetez un oeil sur le site de Nomade Motorhomes.

Lire aussi