Home Lifestyle Témoignage: « J’ai mon permis, mais j’ai peur de conduire! »

Témoignage: « J’ai mon permis, mais j’ai peur de conduire! »

Mouvements incontrôlés, palpitations, sueurs et suffocations. Voici quelques-uns des symptômes ressentis par les personnes qui ont la phobie de conduire. Des symptômes que Marie, 19 ans, connaît bien.

« Quand j’ai eu l’âge d’apprendre à conduire et que mes parents ont bien voulu m’apprendre, j’étais super contente! Les toutes premières fois où j’ai conduit, tout s’est bien passé. Je conduisais sur des terrains vagues… Mais dès que j’ai commencé à conduire sur des routes publiques, tout a commencé à s’emballer dans ma tête. J’ai pris quelques cours et à côté de ça, je devais continuer à m’exercer toute seule. Mais je freinais des quatre fers. Je trouvais toujours une excuse pour ne pas prendre le volant. Mes parents m’avaient tout de même obligée à obtenir mon permis de conduire avant une certaine date. Alors j’ai suivi 20 heures de cours en deux semaines à peine, et j’ai immédiatement passé mon permis, pour que ce soit enfin derrière moi. Et le permis, ça fait maintenant un an que je l’ai, mais je suis encore super nerveuse au volant.

Scénario catastrophe

On peut comparer le stress que j’éprouve quand je conduis à celui qu’on peut avoir avant un examen. Même si mes parents et mes amis me disent que j’ai une conduite défensive et prudente, j’ai le sentiment que je ne peux pas faire confiance aux autres conducteurs et aux piétons. Plus je conduis, plus je vois des conducteurs qui ne respectent pas le code de la route. Ils roulent trop vite, ne mettent pas leur clignotant.

Dès que je vois quelque chose bouger dans mon champ de vision, je me mets immédiatement à paniquer. J’ai aussi le sentiment de ne pas avoir totalement le contrôle, alors j’évite les routes que je ne connais pas.

Récemment, j’ai osé conduire toute seule sur l’autoroute de Liège à Bruxelles. C’est une route que j’ai pris à plusieurs reprises lors de mes cours de conduite. Mais dès que je dois aller ailleurs, je suis désespérée. Je m’imagine immédiatement des scénarios catastrophes. Et s’il commençait à pleuvoir, et qu’il faisait glissant? Personne ne vous apprend ce que vous devez faire dans de telles situations.

Deux minutes d’inattention

Je vis à Liège et j’étudie la littérature et les langues à Bruxelles. La plupart du temps, je prends le train pour y aller, mais avec les grèves de trains des mois précédents, j’ai souvent été obligée de trouver une alternative. Je demande à des amis si personne ne doit aller par là en voiture. Je ne veux pas que mes parents aient à me conduire partout alors que j’ai mon permis. Tout le monde ne comprend pas ma peur. On me dit souvent de prendre la voiture. J’aimerais que ce soit aussi facile… Je l’ai déjà fait une fois, avec mon père à côté de moi qui n’aime pas conduire non plus. Et je n’en garde pas un bon souvenir. J’avais tellement peur que j’ai manqué d’attention deux secondes et que j’ai provoqué un accident.

Des amis dangereux

La semaine, je vis en kot et je n’ai pas besoin de voiture. Mais dans quelques années, je vais me retrouver sur le marché du travail. Ça m’inquiète parfois un peu, parce que toutes les sociétés ne sont pas accessibles en transports en commun. Je trouve dommage d’être freinée par ma peur de conduire. Ce n’est pas agréable d’avoir des blocages comme ça. De ne pas avoir la liberté de sauter simplement dans ma voiture et d’aller partout quand je veux.

Même en tant que passagère, je ne me sens pas toujours en sécurité. Ça dépend de qui est derrière le volant. Beaucoup de mes amis ont dû passer leur permis de conduire pratique trois fois. Je trouve ça super inquiétant.

Quand je suis assise avec eux dans la voiture, ils font parfois des manœuvres qui me mettent en colère. Et ce genre de choses me rend encore plus nerveuse. J’ai l’impression que tout le monde est nonchalant au volant aujourd’hui.

Laisser la voiture de côté

Je pense à suivre un cours pour lutter contre ma peur de conduire, mais je trouve que ce serait plus pratique si c’était inclus dans la formation de conduite standard. Je sais que tout le monde est nerveux la première fois, mais chez certains, ce sentiment ne s’en va pas. Je n’ai pas de bons souvenirs de mes cours de conduite. Mon instructeur était même parfois en train d’envoyer des SMS pendant que je conduisais. J’ai le sentiment que pour eux, la conduite est un automatisme, mais ils ne réalisent pas qu’il y a des personnes qui ont peur au volant. J’espère que ma phobie va s’amoindrir dans l’avenir, mais pour l’instant, je préfère laisser ma voiture de côté. »

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.