Home Lifestyle Société Mieux que le “hygge”, le “samfundssind” danois est la solution à cette...

Mieux que le “hygge”, le “samfundssind” danois est la solution à cette période difficile

Décidément, ils sont forts ces Danois. Après avoir pris la planète d’assaut avec le concept du “hygge” (prononcé “hou-gah”, on ne le dira jamais assez), ils font à nouveau parler d’eux avec “samfundssind“, le mot qu’ils ont choisi pour l’année 2020.

Ainsi que l’explique Malene Rydahl, interviewée à ce sujet par Atlantico, ce terme désigne l’esprit de société en français dans le texte. Un esprit plus que jamais nécessaire alors que la cohésion de nos démocraties semble menacée de tous les côtés, entre pandémie, théories du complot, fake news, montée des extrémismes, attentats et autres réjouissances. 2020 aura bien mérité d’être qualifié d’annus horribilis, mais plutôt que de s’apesantir sur tous les pièges que cette année nous aura tendus, les Danois choisissent de se serrer les coudes.

Le samfundssind, antidote à la pandémie?

“Le samfundssind représente la collectivité. C’est l’intérêt commun pour le projet collectif (…) l’intérêt collectif prône sur l’intérêt individuel”. Un état d’esprit dont la Belgique a bien besoin en ces temps bousculés. Si le “hygge” est quelque chose qu’on pratique dans le confort de son chez-soi, le samfundssind invite à se tourner vers les autres et à faire front ensemble, une attitude bien plus utile en tant de pandémie que de se diviser entre les “pro” et les “anti”, qu’il s’agisse du port du masque ou des mesures sanitaires.

D’ailleurs, ainsi que le soulignait à la BBC Marianne Rathje, chercheuse senior au sein du Danish Language Council, “quand la Première Ministre a utilisé ce mot pour parler de l’effort nécessaire face à la pandémie en mars dernier, ça nous a donné un vocabulaire commun. “Samfundssind” nous a rappelé de voir l’épidémie de Coronavirus comme une situation qui nous concerne tous, et dans laquelle il est important de ne pas penser uniquement à ses propres besoins mais bien de se rappeler que nous faisons partie d’une collectivité”. Un rappel nécessaire…

Lire aussi: