Home Lifestyle Société « Rape Day », le jeu vidéo vomitif qui vous met dans la peau...

« Rape Day », le jeu vidéo vomitif qui vous met dans la peau d’un violeur

On se demande parfois s’il y a un concours entre les concepteurs de jeux vidéo pour repousser les limites du gore. En tout cas, si c’est le cas, le studio Desk Plant remporte haut la main le prix de la répugnance avec « Rape Day », son jeu qui permet d’harceler, violer et tuer des femmes.

Repéré par nos confrères de Sudinfo, le jeu est tout aussi immonde qu’on peut s’y attendre de la part d’un « divertissement » appelé « Journée du viol ». Le concept?

Vous contrôlez les choix d’un tueur et violeur en série pendant une apocalypse de zombies. Vous devez harceler verbalement, tuer et violer des femmes au cours de votre progression dans l’histoire.

Pourquoi, au juste, ce scénario répugnant? Interrogé par le magazine Numerama, le concepteur du jeu s’est d’abord défendu en soulignant que « si ce n’est pas votre genre de jeu, vous n’avez pas besoin d’y jouer ». D’accord. Sauf qu’un « jeu » qui fait l’apologie du viol, même sans y jouer, on a vraiment du mal à accepter que ça existe, qui plus est en lisant le reste des explications de son créateur.

J’ai essayé de faire un jeu auquel j’aurais aimé jouer, et il y a d’autres gens comme moi. 4 % de la population mondiale sont des sociopathes, et le nombre de personnes qui pourraient se divertir avec ce genre de contenus n’est même pas limité aux sociopathes.

Alors, c’est une manière de penser, mais selon nous, si, seuls des sociopathes, dangereux qui plus est, peuvent prendre plaisir à incarner un monstre dont le seul objectif est de tuer et violer des femmes. D’autant qu’en 2019, les évolutions technologiques permettent aux graphismes d’être dangereusement réalistes. Ainsi que l’a parfaitement résumé un gamer interrogé par Sudinfo, « malgré son nom très éloquent, on ne pouvait pas imaginer qu’un tel jeu soit accessible aussi facilement sur la toile. La violence, on est habitué… mais, là, ça va beaucoup trop loin ». On ne peut qu’acquiescer, et espérer que ce jeu absolument répugnant disparaisse le plus rapidement possible de la toile. Et la bonne nouvelle, c’est que face à l’indignation suscitée par ce « jeu », la plateforme Steam a finalement décidé de ne pas l’héberger, l’ôtant du site où il était annoncé en ligne depuis la mi-février. Valve a quant à lui annoncé également repousser la sortie.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.