Home Lifestyle Société Pour protéger la planète, l’Allemagne pourrait tripler les taxes sur la viande

Pour protéger la planète, l’Allemagne pourrait tripler les taxes sur la viande

Berlin delicacy Currywurst in front of the landmark Brandenburg Gate, Germany

Sans tomber dans la moralisation, car il appartient à chacun de choisir le contenu de son assiette, difficile de nier l’impact environnemental de la consommation de viande. Alors qu’il ne faut plus parler de changement mais bien de crise climatique, certains élus allemands ont donc décidé d’agir en exigeant de faire passer la taxe sur la viande de 7 à 19%, soit presque trois fois plus.

Une idée à ruminer, quand on connaît l’impact négatif de la viande sur l’environnement. L’élevage de bétail dans le monde serait ainsi responsable de 14,5% des émissions de gaz à effet de serre, avec 27 kilos émis pour chaque kilo de viande bovine produit. Les élevages de porc et de poulet ne sont pas moins polluants pour autant, leur régime particulièrement riche en nutriments entrainant une pollution de l’eau à proximité des élevages, avec des taux d’azote anormaux. Tant qu’on parle d’eau, sachez que l’élevage en est particulièrement gourmand, avec 13 500 litres nécessaires pour la production d’un kilo de boeuf. Autant de facteurs qui font que repenser notre consommation de viande est de la plus haute importance… sauf que la majorité des consommateurs semblent ne pas se sentir particulièrement concernés, puisqu’une étude a révélé que la consommation de viande devrait augmenter d’ici à 2050. La solution trouvée par des élus allemands? Proposer de taxer davantage la viande.

Soutien de taille

C’est malheureux, mais indéniable: rien de tel pour changer des habitudes que de frapper les consommateurs là où ça fait mal, en plein dans le budget. Et si la mesure proposée en Allemagne venait à passer, la différence se ressentirait immédiatement: il s’agirait en effet de taxer la viande à 19 au lieu de 7%. Autant dire que les portions de viandes seraient tout de suite plus petites… Signe des temps (et de l’urgence du changement), le projet est soutenu par Friedrich Ostendorf, le porte-parole du gouvernement en charge de la politique agricole. Et en Belgique, à quand une mesure similaire?

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.