Home Lifestyle Société L’Allemagne montre l’exemple avec sa première responsable politique transgenre

L’Allemagne montre l’exemple avec sa première responsable politique transgenre

Siégeant au parlement régional de Bavière, la députée Die Grüne (« Les Verts ») Tessa Ganserer est entrée dans l’histoire le 4 janvier dernier. C’est que Tessa est née Marcus, et en faisant son coming out, elle est devenue la première personne transgenre à disposer d’un mandat politique en Allemagne.

Bien sûr, dans un monde idéal, ce genre d’information serait la norme et ne ferait pas l’objet d’un article. Mais les mentalités prennent bien plus de temps à changer que les lois, qui facilitent grandement aujourd’hui la procédure de changement de sexe. Alors à défaut d’être la norme, le cas de Tessa Ganserer est un exemple inspirant pour les personnes trans’. C’est le 4 janvier dernier que cette dernière a fait son coming-out sur Twitter, sans tambour ni fanfare, en allant droit au but.

La vie en tant que Markus Ganserer n’était pas trop mal. Mais je suis Tessa Ganserer et je vivrai ainsi jusqu’à la fin de mes jours »

Et d’ajouter être « une femme dans toutes les fibres de mon corps, et maintenant aussi, Madame la députée régionale ».

Une nouvelle saluée par Ilse Aigner, la présidente du parlement de Bavière,  issue de l’Union chrétienne-sociale (CSU), qui a souligné le fait que « Madame Ganserer a pris une décision très courageuse et éminemment personnelle ».

Notre collègue devient une collègue, cela ne devrait pas constituer de problème dans cette institution et être respecté (…). La personnalité d’un être est toujours plus importante que son sexe »

Et tant pis, si au sein de la très conservatrice (et catholique) Bavière, tout le monde n’a pas accueilli ce changement avec autant d’enthousiasme. Le Süddeutsche Zeitung rapporte en effet qu’un élu du Parti libéral FDP aurait lancé à Tessa Ganserer « Vous jouez à quoi ici ? La drag-queen ? ». Signe que les mentalités doivent encore changer, et que le manque de compréhension dont sont victimes les personnes transgenres nécessite encore pas mal de travail. Heureusement, le courage de personnes telle que Tessa Ganserer qui contribuent à faire évoluer la situation. En Belgique, près de 3% de la population serait transgenre, et depuis le 1er janvier 2018, il leur est possible de faire changer officiellement leur enregistrement de sexe et leur prénom sans conditions médicales, via une procédure administrative auprès du fonctionnaire de l’état civil. Objectif: respecter leur état, et leur permettre de déterminer eux-mêmes ce qu’ils souhaitent être sans être obligés de subir une opération. En attendant un.e élu.e transgenre au Sénat ou au Parlement?

Lire aussi:
Scarlett Johansson fait polémique en acceptant un rôle d’homme transgenre dans un film
L’Oréal vire sa première mannequin transgenre #bigfail
Pour la première fois, une femme transgenre a pu allaiter son bébé

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.