Home Lifestyle Société Réussirez-vous la dictée la plus dure?

Réussirez-vous la dictée la plus dure?

La dictée la plus dure - WAPA

Vous pensez avoir une orthographe irréprochable, suite à tout ce que vous avez appris à l’école? Et si vous tentiez la dictée la plus dure du monde?

Si vous avez la chance d’écrire (presque sans faute), c’est parce que vous avez eu la chance d’apprendre la langue française et ses subtilités à l’école. Une chance que tous les enfants n’ont pas, loin de là. Pour certains, l’école est un doux rêve qui ne se réalisera jamais.

L’association WAPA International vous présente aujourd’hui “La dictée la plus dure”.  Une expérience filmée avec 6 enfants belges ayant pour but de s’exercer à l’art de la dictée. “Ces derniers ont été invités à écouter et retranscrire une dictée d’une grande difficulté pour leur âge, pas tant d’un point de vue grammatical et orthographique, mais dans le contenu qu’elle aborde : le témoignage de Moussa, un soldat… de 10 ans” nous explique WAPA.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La dictée la plus dure

“Aujourd’hui, c’est mon anniversaire, mais je n’ai pas envie de faire la fête. Il y a 3 ans, je suis devenu soldat. Ce jour-là, des hommes armés sont venus me chercher dans mon village. Ils m’ont donné un uniforme et un fusil et je suis parti faire la guerre. Ils m’ont dit d’obéir, alors j’ai obéi. Ils m’ont drogué, frappé et obligé à faire du mal à des gens que je ne connaissais pas. Mes journées se sont transformées en combats, mes nuits en cauchemars. J’ai vu la peur dans le regard des enfants que je devais tuer, j’ai vu les villageois fuir, les bombes exploser et le sang couler. Dans ma tête, il y a des morts, des visages, des cris et des pleurs. Je ne sais pas si je parviendrai un jour à oublier. Depuis deux mois, je suis rentré dans mon village. Mais je ne sais pas si je pourrai reprendre une vie normale. Aujourd’hui, j’ai 10 ans, mais je me sens triste. Moi, ce que je voulais, c’était juste aller à l’école. Comme toi. Mais je suis devenu soldat”.

WAPA – War-Affected People’s Association – lutte contre l’utilisation d’enfants dans les conflits armés et pour leur réinsertion au sein de communautés renforcées. L’association est active en Ouganda, au Sri Lanka, en Colombie et en RDC avec des programmes de réinsertion définis autour de trois axes : les soins de santé (dont des programmes d’art-thérapie), d’éducation (et formations professionnelles) et de micro-entrepreneuriat. Pour les aider, partagez largement cette vidéo afin de sensibiliser tous les publics à cette lutte plus que nécessaire.

Lire aussi: