Home Lifestyle Société Chez ce marchand de glaces, les influenceurs paient le double du prix

Chez ce marchand de glaces, les influenceurs paient le double du prix

influenceurs glace
getty images

Joe Nicchi est glacier ambulant à Los Angeles. Lassé que les influenceurs lui demandent sans cesse une glace gratuite en échange d’une publication sur les réseaux sociaux, il a décidé de leur faire payer le double du prix.

De nombreuses marques et établissements passent par les influenceurs pour se faire de la publicité presque gratuite au sein de leur précieux réseau. En échange d’une invitation ou de produits gratuits; ils espèrent qu’une photo postée sur un compte Instagram suivi par de nombreux d’abonnés leur amène de nouveaux clients.

Une réponse glaçante

Ce système « gagnant-gagnant » a fait ses preuves en terme de rendement mais a le don d’agacer Joe Nicchi, à la tête de son commerce de glaces, bien décidé à ne pas se laisser prendre à ce petit jeu. Récemment, une actrice lui a proposé de poser devant son camion en échange de glaces gratuites. Sa réponse l’a vite refroidie.

Je ne pense pas que l’école de mes enfants accepte les photos de célébrités comme moyen de paiement »

a-t-il rétorqué à la starlette.

Et cette anecdote ne serait pas un cas isolé. Joe Nicchi serait très souvent sollicité pas des influenceurs venus de toutes parts, gourmands de bonnes affaires. Pour afficher clairement son positionnement, le marchand de glaces s’est carrément créé une plaque spéciale en leur hommage, désormais accrochée sur la devanture de son camion, sur laquelle on peut lire:

Les influenceurs paient le double »

Une publication devenue virale

Joe Nicchi a posté une photo de sa politique sur son compte Instagram expliquant: « Nous ne nous soucions pas de savoir si vous êtes un influenceur ou combien vous avez d’abonnés. Nous ne donnons jamais de glace gratuite en échange d’un post sur vos réseaux sociaux. C’est 4 dollars pour une glace et maintenant 8 dollars pour vous »

C’est un comble pour un tel personnage anti-influenceurs mais son post est rapidement devenu viral, diffusé jusqu’en Chine et au Japon.

« Vous ne demandez pas aux gens de travailler gratuitement, n’est-ce pas? Travailler dur doit être récompensé. J’espère qu’avec ma campagne, je pourrai inspirer d’autres petits travailleurs indépendants à défendre leur position et à faire bouger les influenceurs » a expliqué Joe Nicchi que l’on pourrait presque qualifier d’influenceur, même si ça ne risque pas de beaucoup lui plaire.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.