Home Lifestyle Sexo “LE POINT G” épisode 67: la chronique sexo de Gaëlle

“LE POINT G” épisode 67: la chronique sexo de Gaëlle

Gaëlle, 27 ans, en a bavé côté cœur. Après avoir épluché Tinder et vécu mille et une nuits parfois torrides, parfois étranges, il semblerait qu’elle ait trouvé le bon. Avec Ben, elle explore toutes les facettes de la sexualité. Avec amour, mais surtout avec humour.

L’autre jour, j’ai changé d’avis. Je m’étais promis de ne rien dire à Ben de mon crush pour Alex, afin de préserver notre couple d’un éboulement. Après tout, ne dit-on pas que ce qu’on ne sait pas ne peut pas nous faire de mal ? Mes collègues étaient formelles. Alors qu’on en discutait pendant le repas de midi, elles approuvaient la maxime. “Franchement je préférerais ne pas savoir. Toute vérité n’est pas bonne à dire.” commençait l’une.

“Et puis finalement, ça arrive à tout le monde d’avoir un crush à un moment ou à un autre. Peut-être même un baiser furtif .” continuait l’autre.

Cette discussion était passionnante et enrichissante. Grâce à ce moment, j’ai compris que les écarts pouvaient arriver n’importe quand. Parfois ça dérape, parfois ça se limite à une sensation, à un flirt. L’une de mes collègues en particulier m’a beaucoup apaisée. Elle est mariée et maman de trois enfants. Mais elle est aussi pétillante et toujours de bon conseil. De loin, j’ai l’impression qu’elle roucoule avec sa petite famille. Si je devais dessiner une famille parfaite, je leur demanderais de poser pour moi; pour vous dire à quel point j’admire sa faculté à tout gérer. Pourtant, en discutant, elle m’expliquait qu’elle aussi avait parfois des petits coups de cœur, des moments de remise en question.

“Ça peut me torturer deux jours comme six mois,
ça dépend.”

Cette phrase m’a fait tiquer. C’est donc arrivé plusieurs fois. Et ça ne me choque pas. Parce que je pense qu’au fond, c’est normal. Sur le parcours d’une vie, il arrive que d’autres personnes se présentent à nous avec des qualités qui nous plaisent, nous titillent. Parfois, c’est juste sexuel.

Un frisson qui nous excite trois minutes, mais qui s’en va aussi vite qu’il est venu.

Parfois, il nous pousse à nous remettre en question et nous oblige à prendre des décisions. Mais n’est-ce pas là tout ce qui définit la vie? On se ferait chier (excusez mon vocabulaire, mais “on s’ennuierait” n’est pas assez fort) si la vie était monotone, si elle n’était pas ponctuée de rencontres impromptues. Je me dis que finalement, le grand amour, le vrai, le beau, c’est aussi accepter ces rencontres inopinées et passer au-dessus. Se battre pour continuer et préserver son couple.

Je sais que pour mon couple à moi, le mensonge par omission était trop dur à porter. Il appuyait sur mes épaules et me faisait mal au ventre. C’est pour cette raison que j’ai fini par en parler à Ben. Malgré les conseils de mes collègues, malgré ce court instant qui ne s’est jamais défini comme une infidélité. “Un autre garçon a essayé de m’embrasser. Il me plaisait, mais je n’ai pas cédé.” C’est sorti d’une traite, sans réfléchir. Quitte à tout balancer, autant que ça sorte comme ça vient. Ben est resté stoïque. “ Ok.” C’est tout? Pas de cris? Pas de dispute, de larmes ? “ Je te fais confiance et je te remercie de me l’avoir dit. Je pense que ça arrive d’avoir des rencontres qui déroutent.” Si quelqu’un est dérouté, là tout de suite, c’est moi. Je le trouve très mature de ne pas en faire un caca nerveux. Mais la question me taraude plus que jamais. “Ça t’est déjà arrivé à toi?” “Bah non, pas vraiment.” Erreur.

À cette question, il ne pouvait répondre qu’un “non” clair et concis. Son “non” à lui sonne trop comme un oui. Finalement, peut-être bien qu’on va quand même se disputer…

Chaque semaine dans votre magazine, retrouvez la chronique de Gaëlle: Le Point G.

Pour lire les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.