Home Lifestyle Sexo “LE POINT G” épisode 46: la chronique sexo de Gaëlle

“LE POINT G” épisode 46: la chronique sexo de Gaëlle

Point G

Gaëlle, 27 ans, a passé huit ans de sa vie en couple. Mais après plusieurs déceptions, même si elle n’abandonne pas sa quête de l’amour avec un grand A, elle a décidé de se laisser vivre sans pour autant se priver des plaisirs de la chair. Elle compte bien découvrir les joies du sexe sans tabou et mener des expériences sans avoir froid aux yeux.

Je ne vous avais pas encore raconté ma soirée du nouvel an. Pourtant, l’année 2019 file à toute allure. Comme la précédente d’ailleurs. Je me demandais quand elle allait enfin se terminer pour que tout le monde puisse dire: «2018, c’était vraiment une année de merde.» Très franchement, je ne peux pas dire qu’elle ait été pourrie pour moi.

Certes, il y a eu des moments pénibles, des angoisses, de la tristesse. Mais ce que je retiens, ce sont surtout les moments positifs. J’ai appris à me dépasser, à vaincre mes peurs. J’ai fait un beau voyage aussi, qui m’a transformée.

J’ai eu cette énorme opportunité de vous raconter mes déboires et mes amours au jour le jour.

Pendant un an, vous avez suivi mes aventures de cul, et de cœur aussi. Tant de changements et d’évolutions partagés avec vous. Nous sommes en 2019 et j’ai passé le cap de l’année avec la personne que j’aime le plus au monde. Comme quoi, tout arrive!  Moi qui n’y croyais plus, j’ai fini par trouver l’amour.

Je sais, j’ai l’air de m’emballer alors que ce n’est que le début. Mais ce sont les meilleurs moments. C’est si gai d’avoir cette boule au ventre, ces baisers volés, cette passion dévorante qui nous anime nuit et jour.

On ne ressent plus la fatigue ni la faim, tout autour de nous n’est qu’amour et petits oiseaux bleus.

Vous auriez dû nous voir à cette soirée où on s’ennuyait comme des rats morts, à attendre que minuit arrive. Chacun assis sur sa chaise, à regarder sa montre ou son téléphone. Il n’y avait que Ben pour se lever et se mettre à danser tout seul. En un rien de temps, il a lancé le mouvement, levé son verre et trinqué avec les autres. Tout est devenu plus fun.

Moi, j’avais les yeux pleins de paillettes à regarder mon héros. «Il est tellement cool, j’ai trop de chance.» J’avais envie de lui hurler tout mon amour. À un moment donné, il m’a tirée avec force par le bras et m’a emmenée derrière un rideau. Seuls nos pieds devaient dépasser, et faire remarquer notre présence. Il m’a attirée contre lui, beaucoup plus doucement. On souriait comme deux enfants. J’avais l’impression d’être dans un film hyper romantique.

Ben, c’est mon Marc Darcy. Il est si surprenant. D’un seul coup, j’ai un flash. Il va me dire qu’il est amoureux de moi. Quoi d’autre? C’est le moment parfait. Mais encore une fois, ça sera lui qui le dira. Il avait déjà prononcé les fameux trois mots lors de sa déclaration d’amour. Depuis, malgré nos rendez-vous, on n’avait plus osé se le dire clairement. J’ai bien tenté une fois ou l’autre de lui glisser que j’étais amoureuse de lui. Mais ce n’est jamais aussi fort que LES mots.

Je trouve que c’est une première fois très importante, très symbolique. Elle marque le coup du «je veux que ça marche» ou «je veux que ça dure». Ça veut dire que l’autre nous accepte dans notre totalité aussi.

Ils sont si lourds de sens ces fameux trois mots. Si lourds qu’il faudrait au moins ces grands rideaux rouges qui nous cachent pour les retenir.

Non, je ne peux pas le laisser faire ça. Il faut que je fasse le premier pas, que je lui rende tous ces papillons qu’il me procure à chaque regard et à chaque sourire. Alors qu’il allait commencer à parler, j’ai plaqué violemment ma main sur sa bouche. «Oh merde, ça va? Je ne voulais pas te faire mal!» Mais je n’ai pas enlevé ma main pour autant. Après un long silence hésitant, je me suis lancée: «Ben, tu es parfait. Je n’ai pas d’autres mots. Tu es parfait pour moi et j’espère qu’on passera plein de réveillons derrière des rideaux en étant amoureux. Y’a pas 36 façons de le dire. Je t’aime de tout mon cœur.» Un peu tétanisée, j’ai enlevé ma main pour le laisser respirer. Il m’a attrapée par la taille et serrée contre lui. «Les autres réveillons seront encore mieux, tu verras.»

À ce moment précis, j’étais l’incarnation du mot «bonheur». Et je rêvais de le partager avec vous. Pour cette année 2019 (et même si on est déjà en février), je vous souhaite de la passion, de l’amour et des rires à foison. Réjouissez-vous d’un rayon de soleil, d’une fine bruine rafraîchissante, d’être en vie. Laissez le positif submerger votre vie. Quand il commence, il ne s’arrête plus. Promis!

Chaque semaine dans votre magazine, retrouvez la chronique de Gaëlle: Le Point G.

Pour lire les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.