Home Lifestyle Sexo “LE POINT G” épisode 19: la chronique sexo de Gaëlle

“LE POINT G” épisode 19: la chronique sexo de Gaëlle

Gaëlle, 26 ans, a passé huit ans de sa vie en couple. Mais après plusieurs déceptions, même si elle n’abandonne pas sa quête de l’amour avec un grand A, elle a décidé de se laisser vivre sans pour autant se priver des plaisirs de la chair. Elle compte bien découvrir les joies du sexe sans tabou et mener des expériences sans avoir froid aux yeux.

L’autre jour, je contemplais le ciel gris de Belgique par ma fenêtre. Voilà deux semaines que je suis rentrée de mes vacances à Cuba et que je me sens complètement différente. Ce voyage m’a changée à tout jamais, je le sens. C’est fou comme l’aventure peut vous construire. Quelque chose s’est débloqué en moi psychologiquement. Je suis plus ouverte, plus réceptive aux choses qui m’entourent et aux gens.

D’un point de vue sexuel aussi, je crois que j’ai évolué. Je me sens plus libre, mieux dans mon corps. Cette sensation est difficile à expliquer. J’ai l’impression d’avoir véritablement cerné l’importance de profiter du moment présent.

Ce moment de laisser-aller total avec Raciel a certainement joué son rôle. Je vous assure que jamais auparavant je n’avais laissé un quasi inconnu (bon, j’avoue qu’on avait tout de même passé quelques soirées à danser) toucher mon corps dans une rue en pleine nuit. D’ailleurs, en y repensant et en l’écrivant, j’ai encore du mal à réaliser que c’est bien la réalité et que ça s’est vraiment passé.

Je me revois dans la pénombre, le cœur battant la chamade sous ses mains aventureuses. Mes pensées couraient à du mille à l’heure dans mon esprit. Tout se bousculait en même temps: «tu ne devrais pas faire ça», «ça ne se fait pas», «c’est un inconnu», «personne ne pourra jamais le savoir», etc. Tout était si négatif. Je n’étais pas du tout connectée à ce qui était en train de se passer.

J’ai fini par me faire violence et à un moment précis, j’ai senti un déclic. Je me suis concentrée sur ses baisers délicats, son envie de moi, mon corps transi d’excitation. J’ai expiré tout l’air de mes poumons, comme pour chasser tout le mal. Et dans la seconde qui a suivi, mon corps a explosé. J’ai senti des fourmillements figer toutes mes extrémités, ma tête tourner dans une vague de plaisir intense.

Pas un mot n’est sorti de ma bouche. Pas un son. Mais à l’intérieur de moi, j’ai cru mourir.

Je comprends pourquoi on parle de ‘petite mort’ pour évoquer l’orgasme. C’est exactement ce que j’ai ressenti.

C’est sûr, ce moment de mon existence m’a chamboulée et remet toutes les choses à venir en perspective. Quand je faisais l’amour avant, j’avais toujours des pensées parasites. Je m’analysais sous toutes les coutures pour savoir si mon corps était ‘bien mis’, si telle ou telle position ne me faisait pas un bourrelet disgracieux. Je veillais sans cesse à montrer la meilleure version de moi.

Je sais que ce mode de pensée m’a aussi poussée à mettre davantage le focus sur le plaisir de mon partenaire avant le mien. Je n’irai pas jusqu’à dire que je négligeais mon propre plaisir, mais il passait clairement au second plan. Comme si le sexe était une compétition. Tout ça, c’est terminé.

Désormais, j’ai envie d’un réel partage, d’un laisser-aller total. Je ne veux plus rendre tout ça trop cérébral. Je ne veux plus réfléchir à ma liste des choses à faire, à l’heure qu’il est. En fait, si je veux être tout à fait honnête, j’ai envie de trouver un partenaire avec qui établir une réelle relation de confiance. Parce que je ne pense pas pouvoir y arriver avec des coups d’un soir. La démarche est trop différente et un temps d’adaptation est toujours nécessaire.

La prochaine étape de ma vie sexuelle est toute tracée: je veux trouver un plan cul et le garder.


Chaque semaine dans votre magazine, retrouvez la chronique de Gaëlle: Le Point G.

Pour lire les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.