Home Lifestyle Santé TESTÉ POUR VOUS : l’EMSculpt pour éliminer les bourrelets sans sport ni...

TESTÉ POUR VOUS : l’EMSculpt pour éliminer les bourrelets sans sport ni chirurgie

Closeup shot of a sporty unrecognizable woman holding her hands against her stomach outside

Imaginée aux Etats-Unis, la machine EMSculpt promet d’éliminer la graisse et d’augmenter la masse musculaire sans devoir faire le moindre exercice. Trop beau pour être vrai? Un seul moyen de le savoir, faire le test, et ça tombe bien, la 1eEMSculpt de Belgique vient d’arriver à Liège.

Au cabinet Medesthétique, plus précisément, un petit bijou d’élégance niché dans la rue Saint-Rémy, une des plus jolies rues de Liège si vous nous demandez notre avis. Même si clairement, ici c’est notre avis sur la machine qui vous intéresse, et comme on vous comprend: nous aussi, quand on a lu les mots « éliminer la graisse », notre coeur a fait un bond dans notre poitrine (agitant nos bourrelets au passage). Bon, mais d’abord, qu’en dit le Docteur Slaviero, à l’origine du centre Medesthétique?

L’EMSculpt est un procédé révolutionnaire, qui affine la silhouette et induit un remodelage du corps grâce à de l’énergie électromagnétique. Il fait déjà l’objet de plus de 20 études cliniques et il est agréé par la FDA (Food and Drug Administration), la très stricte instance de la santé des États-Unis »

Plus prometteur, tu meurs. Et comment ça fonctionne du coup? La machine provoque des contractions musculaires involontaires, profondes et intenses, dites « supra-maximales », qui engendrent 3 effets :

  • Une augmentation du nombre de fibres musculaires, appelée hyperplasie;
  • Une augmentation du volume des fibres musculaires, appelée hypertrophie;
  • Une combustion de la masse graisseuse au niveau de la région traitée par augmentation du métabolisme. Ces cellules graisseuses seront détruites définitivement.

Autant dire que si on aimait le sport, on aurait couru pour prendre rendez-vous et essayer cette technologie semblant avoir été conçue juste pour nous (et cette petite bouée sur le bas du ventre qui refuse obstinément de disparaître).

Concrètement, on peut choisir d’effectuer une séance ciblée sur les fessiers, les bras, les cuisses, les mollets ou encore le ventre, et c’est cette zone que nous avons choisie de mettre à l’épreuve. Suivant la zone choisie, on paie entre 350 et 450 euros la séance de trente minutes, soit clairement un investissement conséquent: l’équivalent d’un abonnement annuel à la salle de sport pour une seule séance. Bon plan, toutefois, si on vient à deux pour le ventre: le prix de la séance est divisé par deux aussi. Voilà pour les infos. Mais le test alors?

Mieux vaut le savoir avant d’y aller: il ne faut pas avoir de métal sur soi lors de la séance. Cela vaut pour les bijoux, mais aussi pour les baleines du soutien-gorge, par exemple, donc pensez (contrairement à moi lors de ma 1e séance…) à mettre un soutien-gorge de sport. D’autant que vous en aurez besoin: ok, vous ne devez pas vous contracter ni faire d’abdos, mais on sent drôlement que ça travaille. C’est un peu surprenant de prime abord, et parfois même légèrement douloureux, mais de manière étrangement agréable: des abdos si contractés, ça promet. Et en effet: en une séance seulement, la zone est déjà raffermie, et cela fait un bien fou au dos aussi.

Après quatre séances, les effets correspondent aux promesses: -3,5 centimètres de tour de taille en moins, des abdos bien définis et ce petit pli insubordonné a presque disparu. Dire que je suis ravie serait l’euphémisme du siècle. Facile, me direz-vous, d’être ravie quand on a pu tester le traitement gratuitement. Oui, mais depuis, je l’ai chaudement recommandé à des potes et à des proches, parce que non seulement les effets sur les abdos sont bluffants, mais en prime, le bonus du traitement est qu’il renforce aussi le périnée. Parfait, donc, pour les jeunes mamans qui ont envie de faire du bien à toute la zone après l’accouchement. C’est un budget, certes, mais en épargnant l’équivalent de 20 restos ou d’entre 3 et 5 grosses commandes de vêtements en ligne, on y arrive, et enfin vaincre ses complexes en vaut la peine.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.