Home Lifestyle Santé Le témoignage percutant de Lena Dunham sur l’évolution de son corps

Le témoignage percutant de Lena Dunham sur l’évolution de son corps

Au-delà de ses rôles marquants et représentatifs de sa génération qui est aussi la nôtre, Lena Dunham est connue pour ses prises de position souvent drôles, parfois abruptes et toujours sincères. Comme quand elle publie un « avant/après » d’elle-même sur Instagram et nous renvoie à notre relation avec nos propres corps.

Ici, l’avant/après a ça de particulier qu’il est à l’opposé de ceux qui hantent les pages des magazines et les pubs auxquelles on n’arrive pas à échapper sur Internet. Avant, une Lena fine et élancée dont les jambes nues dépassent d’une minijupe, ses cheveux parfaitement coiffés flottant au vent et complimentant un maquillage discret et réussi. Une certaine version de la « jolie fille », incarnée ici de manière plutôt indie mais remplissant néanmoins certaines cases obligatoires, notamment celles de la longueur des cheveux et du poids. Une moule dans lequel l’actrice et productrice ne rentre plus aujourd’hui.

On the left: 138 pounds, complimented all day and propositioned by men and on the cover of a tabloid about diets that work. Also, sick in the tissue and in the head and subsisting only on small amounts of sugar, tons of caffeine and a purse pharmacy. On the right: 162 pounds, happy joyous & free, complimented only by people that matter for reasons that matter, subsisting on a steady flow of fun/healthy snacks and apps and entrees, strong from lifting dogs and spirits. Even this OG body positivity warrior sometimes looks at the left picture longingly, until I remember the impossible pain that brought me there and onto my proverbial knees. As I type I can feel my back fat rolling up under my shoulder blades. I lean in.

Une publication partagée par Lena Dunham (@lenadunham) le

Sur la photo « après », Lena Dunham telle qu’elle est aujourd’hui: avec 11 kilos de plus, les cheveux en pétard et pas une trace de maquillage. Et à ceux qui seraient tentés de pointer qu’elle était « plus jolie avant », la comédienne reconnaît qu’elle-même se le dit parfois. Sauf que les clichés sont loin de refléter son état mental.

Sur la photo de gauche, je pesais 62 kilos, on me complimentait à longueur de journée et je n’arrêtais pas de me faire draguer. J’étais également malade, tant dans mon corps que dans ma tête, et je survivais grâce à de petites quantités de sucre, des tonnes de caféine et une pharmacie que je trimbalais partout dans mon sac.

Souffrir pour être belle, certes, mais pas comme ça, et face à sa santé qui se détériorait, Lena a fini par dire stop.

Aujourd’hui, je pèse 73 kilos mais je suis heureuse et libre, complimentée uniquement par les gens importants pour des raisons importantes, nourrie d’un flot constant de snacks, d’entrées et de plats.

Et si la tentation est grande parfois de « regarder avec regret ce à quoi je ressemblais avant », Lena Dunham affirme qu’il y a toujours bien un moment où elle finit par se rappeler « la douleur nécessaire pour atteindre ce corps ». Et de finir avec le ton piquant  qu’on lui connaît en écrivant qu’au moment de poster ces photos, elle sent ses bourrelets sous les omoplates et qu’elle s’enfonce avec délice dedans. Le genre de message body positive plus nécessaire que jamais en été. Parce que certes, en profiter, cela veut dire aussi se sentir bien sur la plage, mais pas au prix de se priver de tous les délices que l’été a à offrir.

Lire aussi: 
Pourquoi Lena Dunham ne cuisine jamais
#JeSuisDé&complexée, le hashtag qui pousse les gens à s’accepter
I feel pretty, un film au message pas forcément décomplexant

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.