https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/
Home Lifestyle Santé 7 astuces pour arriver à faire prendre un médicament à votre enfant

7 astuces pour arriver à faire prendre un médicament à votre enfant

Shutterstock
Tous les parents le savent, obtenir que son petit bout accepte – volontairement – d’ingérer un sirop ou un antibiotique, tient du parcours du combattant. Alors, plutôt que maudire son rhume ou tenter de lui administrer pendant qu’il dort, voici quelques pistes pour se simplifier la tâche.

Vous craignez la visite chez le pédiatre presque autant que votre bout de chou. Car, qui dit otite, grippe ou angine, dit bagarre pour lui donner les médicaments nécessaires. Mais, voici quelques alternatives qui nous assurent presque à tous les coups d’éviter de nous mettre en colère ou de le forcer à prendre son traitement.

1. Neutralisez le goût

C’est la solution idéale, pour peu que ce soit faisable. N’hésitez pas à mélanger le sirop ou l’antibiotique avec du jus ou du lait et à le diluer dans du yaourt ou encore de la confiture. Il est aussi possible d’adoucir son goût en y ajoutant de l’eau et en le congelant sous forme de petits bâtonnets qui auront en plus l’avantage de ressembler à des minis-glaces. Veillez par contre bien à ce qu’il n’y ait pas de contraindications, certains médicaments ne pouvant par exemple pas être chauffés. Si malgré tout cela, le goût du produit demeure trop fort – et particulièrement mauvais – votre pharmacien est aussi en mesure d’ajouter à la préparation, un additif à l’orange ou au citron.

2. Transformez l’expérience en jeu

Votre petit lou a une âme de super héros? Alors confiez-lui la sauvegarde de la terre et demandez-lui de prendre sa potion magique pour avoir suffisamment de force. Votre puce est dingue de son doudou? Offrez une cuillère à celui-ci avant de lui proposer. Si elle adore les voitures, organisez une course pour voir qui gagnera le traitement qui boostera son véhicule. Si votre enfant est fan de lecture, il existe également des contes et des histoires qui traitent des médecins ou de la prise d’un médicament.

3. Partagez

Votre bout de chou n’est jamais trop petit pour faire preuve de logique et de scepticisme. S’il voit maman ou papa lui imposer de boire ou d’avaler quelque chose, sans qu’aucun des deux ne l’ait essayé, il sera a priori nettement plus méfiant. Goûtez donc avec lui le traitement. Cela peut en plus vous permettre de découvrir qu’un médicament pique, brûle ou est vraiment désagréable et donc de réaliser les raisons qui font que votre enfant est réfractaire à sa prise.

4. Laissez-lui les rennes

Dès deux ans, n’hésitez pas à le responsabiliser. Les bambins adorent se sentir traités comme des grands et pouvoir se rendre utiles. Permettez-lui de tenir la cuillère avec vous ou d’appuyer sur le spray dans son nez. Dites-lui que vous avez besoin de son aide, il se sentira valorisé et fier.

5. Soyez honnête

Dites-lui que vous comprenez que ce soit désagréable. Que oui, c’est un médicament, que ce n’est pas le plus drôle à vivre, que ce n’est ni délicieux ni chouette. Mais expliquez-lui que c’est nécessaire, que cela va faire du bien à sa gorge ou déboucher son nez, que cela va faire tomber sa fièvre et l’aider à être en forme pour jouer. Donnez un sens à ce que vous faites, cela aidera à ce qu’il ne considère pas le moment uniquement comme une injustice.

6. Négociez, mais pas trop

Fixez des limites. Tout cela doit se dérouler en douceur mais il est malgré tout essentiel de lui faire comprendre qu’il ne pourra pas échapper à la prise de son médicament. Car si votre petit bout a du répondant, il fera surement son possible pour retarder indéfiniment l’instant fatidique. S’il a plus de deux ans, énoncez-lui clairement ses options, par exemple: “Tu peux encore jouer cinq minutes, puis tu devras venir prendre ton médicament. Si tu refuses, maman devra te le mettre dans la bouche avec la petite pipette”.

7. Prenez le temps

Conservez votre calme. Il est essentiel de ne pas être pressé. Cela risquerait de le stresser et de le braquer encore plus. Si vous devez lui donner avant la crèche ou l’école, commencez bien à l’avance et réveillez-le un peu plus tôt. N’oubliez pas que ce qui peut sembler banal et anodin pour vous, est une petite épreuve pour votre mini-bout.

D’autres astuces pour les parents: