Home Lifestyle Quinze ados retouchent leur portrait pour Instagram, le résultat est alarmant

Quinze ados retouchent leur portrait pour Instagram, le résultat est alarmant

Le célèbre photographe Rankin a demandé à 15 ados de 10 à 18 ans d’éditer leur portrait afin d’obtenir une photo prête à être postée sur les réseaux sociaux. Le résultat est stupéfiant et alerte du danger des filtres « embellissants » sur l’estime de soi.

Avec des applications comme Facetune ou encore YouCamMakeup, il est possible en deux minutes top chrono, de se lisser la peau, de blanchir ses dents, d’agrandir ses yeux, d’affiner son visage… bref de « s’améliorer » pour atteindre son idéal de beauté et ensuite, de poster le résultat obtenu sur les réseaux sociaux. Sur Snapchat, il n’y a même pas besoin d’avoir recours à un logiciel tiers étant donné que l’app’ elle-même propose des filtres pour transformer son visage. Résultat: Instagram n’est qu’un flux de photos retouchées loin (très loin) de refléter la réalité. Autre résultat: la pratique révèle que les jeunes sont loin de s’accepter comme ils sont et cherchent un idéal de beauté inexistant. Dans un projet photographique intitulé Selfie Harm (« Le mal du Selfie), John Rankin Waddel dénonce cette tendance dangereuse pour la santé mentale.

Dénoncer les travers des réseaux sociaux

Le célèbre photographe de mode britannique connu sous le nom de Rankin a tiré le portrait de 15 adolescents âgés de 10 à 18 ans. Jennifer, Felix, Alessandra, Maisie, Issac, Seb, Benedicte, Shereen, Mahalia, Eve, Siena, Tomas, Emma et Georgia, ont ensuite eu la mission de retoucher leur photo comme ils la posteraient sur les réseaux sociaux. Le résultat est surprenant mais aussi terrifiant. Aucun jeune n’a gardé la photo originale de Rankin, ils les ont toutes retouchées (et pas qu’un peu). Visage ultra fin, peau de poupée russe, yeux globuleux, lèvres pulpeuses, nez affiné… Les avant/après n’ont rien avoir les uns avec les autres et ça fait peur. En deux clics, les ados ont le pouvoir de modifier de A à Z leur apparence et ce n’est pas sans conséquence.

Lire aussi: L’opération « filtre Snapchat”, quand la chirurgie esthétique dépasse les limites

La réaction de Rankin

« Les gens imitent leurs idoles, rendent leurs yeux plus grands, leur nez plus petit et leur peau plus claire, et tout cela pour les réseaux sociaux. C’est juste une autre raison pour laquelle nous vivons dans un monde où l’on a toujours peur de ne pas être au bon endroit au bon moment, où la tristesse, l’anxiété accrue et la dysmorphie sur Snapchat s’accroissent. Il est temps de reconnaître les effets néfastes qu’ont ces plateformes sur l’image de soi » explique Rankin sur son compte Instagram.

Et le courant body positivism dans tout ça?

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.