Home Lifestyle Psycho Un algorithme pourrait bientôt décoder les pleurs de votre bébé

Un algorithme pourrait bientôt décoder les pleurs de votre bébé

Fini de vous demander désespérément POURQUOI votre bébé ne s’arrête pas de geindre. Un algorithme pourrait bientôt décoder leurs pleurs.

Ça semble complètement irréaliste et pourtant, si l’on en croit des chercheurs de l’Université Northern Illinois et du College of New Jersey, les pleurs de bébé pourraient bientôt être décodés à l’aide d’un algorithme. En gros, lorsque votre sucre d’orge se mettra à verser de grosses larmes, une machine pourra vous dévoiler s’il souhaite que vous changiez sa couche, s’il souhaite manger ou s’il a mal quelque part. Une manière d’éviter la frustration de nombreux parents qui ne comprennent pas les gros chagrins de leur progéniture. Pratique, il est vrai, mais d’un autre côté, ça fait un peu peur, non?!

Des raisons similaires par type de pleurs

Les chercheurs ont  constaté qu’il y avait des modulations communes dans la manière de pleurer des bébés, lorsque la raison était similaire. Et que ces modulations pouvaient être reconnues par l’intelligence artificielle. Mais pour cerner toute l’étendue des modulations, les chercheurs ont besoin de données. Ils ont déjà enregistré 48 pleurs provenant de 26 bébés hospitalisés en néonatologie et ont ainsi pu diviser ceux-ci en cinq catégories: ceux qui décrivaient le besoin d’être changé, celui d’être nourri, celui de recevoir de l’attention, le besoin de sommeil et enfin, l’inconfort. Les bâillements pour la fatigue et les doigts dans la bouche pour la faim ont également permis aux scientifiques de décoder les modulations.

Pas plus efficace qu’un parent

Pour parvenir à concevoir un véritable algorithme, les chercheurs vont avoir besoin d’étudier des milliers de sanglots. Rassurez-vous, selon Mme Bonenfant, professeure de l’Université du Quebec à Montréal, rien ne remplacera jamais le savoir d’un parent :

La machine ne sera pas meilleure que l’humain, parce que la machine à la base a besoin de bases de données où on lui a clairement indiqué quel pleur signifie telle chose, et quel pleur qui signifie telle autre chose, prévient l’experte. C’est pour ça que l’intelligence artificielle ne sera pas meilleure qu’un parent.

À lire aussi: