Home Lifestyle Mona Wales, actrice porno, nous explique la réalité de son métier

Mona Wales, actrice porno, nous explique la réalité de son métier

L’actrice californienne Mona Wales travaille dans l’industrie du porno depuis dix ans. On l’a rencontrée et on a discuté avec elle de l’évolution du secteur depuis ces dernières années, de sa passion pour le BDSM et des avantages du métier.

À quoi ressemble la vie sur un plateau de films X?

Mona Wales: “En dix ans dans l’industrie du porno, j’ai vu des plateaux en tous genres. Ne vous méprenez pas : même dans le porno grand public, il existe des productions où les gens travaillent ensemble dans le respect. Malheureusement, elles ne sont pas majoritaires. Ce qui distingue principalement les tournages de porno indépendants aux productions mainstream, c’est que l’indie porn fonctionne plutôt comme du cinéma ordinaire, non-érotique. On y travaille avec une grande équipe, bien plus diversifiée et talentueuse. Ça peut faire toute la différence.”

Avez-vous une préférence quant aux films que vous tournez?

“J’ai une grande passion pour le BDSM. C’est formidable de pouvoir la transmettre dans une belle production. Je travaille régulièrement dans le monde du porno indépendant avec quelques bons amis de l’industrie. Des gens en qui je peux vraiment avoir confiance et avec lesquels je me sens en sécurité. Cela m’a permis de mieux comprendre qui je suis et de tisser des liens forts avec les personnes avec lesquelles je travaille. Tout au long du tournage, et particulièrement pour les scènes BDSM, la connexion, la compréhension et le respect sont essentiels. C’est le seul moyen pour oser s’exposer vraiment et obtenir le meilleur résultat.”

Est-ce que vous aimez votre job?

“J’adore mon boulot, mais comme tout le monde, j’ai de bonnes et de moins bonnes journées.

Parfois vous êtes vraiment dans le scénario et sentez une connexion directe avec votre partenaire. Ces jours-là, vous pouvez laisser tomber le scénario et juste suivre votre rythme. Il y a aussi des jours où je ne suis pas du tout excitée à l’idée d’avoir un rapport sexuel devant une caméra.

Dans ces moments-là, je trouve toujours mon job agréable, mais c’est juste une journée de travail comme les autres. Je fais ce que le scénario me demande et je rentre chez moi.”

N’est-ce pas compliqué de tourner des scènes de sexe avec un parfait inconnu?

“Je travaille 50 % du temps avec des gens que je connais, et 50 % avec des artistes avec lesquels je n’ai jamais été filmée auparavant. Contrairement à ce que l’on peut penser, ce dernier cas est souvent plus facile. Créer une alchimie avec quelqu’un que vous connaissez bien n’est pas toujours évident. Pensez-y : pourriez-vous jouir avec votre meilleur ami? Travailler avec un ami acteur est super confortable, mais ce n’est pas le plus excitant. Je n’ai jamais eu de sentiments pour un partenaire de film. Le porno est mon travail, tout comme votre job est tout simplement votre job. Vous ne tombez pas sans arrêt amoureuse de vos collègues, n’est-ce pas? Pourquoi serait-ce le cas dans mon job?”

Quels sont à vos yeux les avantages du métier?

“L’avantage de jouer dans un film porno, c’est qu’on est filmée avec d’autres professionnels.

Sur le tournage, je peux me permettre certains actes en toute sécurité, en toute confiance et avec respect alors qu’ils ne seraient jamais aussi confortables dans la vie réelle.

En pleine scène de BDSM ou de gangbang, je suis sûre que tout le monde est en bonne santé et respecte les limites des autres. En vrai, ce serait très différent.”

Qu’est-ce qui distinguent les producteurs indépendants du porno grand public?

“Dans le milieu du porno, de nombreuses tendances ne sont rien que des étiquettes. En principe, tous les producteurs peuvent apposer la mention female friendly sur un scénario. Ça ne veut pas dire que la production soit réellement impliquée dans l’évolution de la pornographie. La véritable différence réside dans la représentation. Ce qui compte, c’est que le porno soit porté par des personnes de milieux différents, qui apportent leurs propres connaissances, leurs propres expériences et leurs visions sur le plateau pour créer de l’individualité et de l’authenticité.

Ce qui distingue les producteurs indépendants du porno grand public, ce n’est pas tant le contenu qu’ils proposent, mais plutôt le fait qu’ils regardent plus loin que le scénario lui-même. Ils sont attentifs à la diversité dans toutes les facettes de l’industrie, que ce soit devant ou derrière la caméra.

Les artistes comme moi ne veulent plus contribuer à diffuser une image stéréotypée et unilatérale de la sexualité. Nous voulons cesser de discriminer ou de fétichiser certains types de corps, certaines identités de genre ou certains groupes ethniques. Ce n’est qu’à ce moment-là que le porno deviendra enfin un reflet réaliste de la sexualité dans notre société.”

Lire aussi:

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.