Home Lifestyle On reçoit moins de compliments sur son job depuis qu’on télétravaille

On reçoit moins de compliments sur son job depuis qu’on télétravaille

Plus d’un quart des employés belges déclarent être moins complimentés sur leurs performances professionnelles maintenant qu’ils travaillent à la maison, révèle une enquête de Protime. Problème ? Il y a un lien direct entre valorisation et productivité.

À l’occasion de l’Employee Appreciation Day, Protime – spécialiste de la gestion du temps et du personnel – a mené une enquête auprès de 1 000 travailleurs belges francophones. L’objectif ? Analyser l’impact du télétravail sur la valorisation des employés.

Il en ressort qu’un quart des employés reçoivent moins de compliments quant à leurs performances professionnelles qu’avant la crise du coronavirus. Près de 3 employés sur 10 se sentent aussi moins valorisés dans le cadre de leur boulot. Une situation qui ne surprend pas spécialement – nous avons moins de contacts avec les autres – mais qui pose néanmoins problème. L’impact d’une appréciation positive sur les performances professionnelles ne doit pas être sous-estimé. Être valorisé dans son job motive davantage et rend plus productif ! Plus de deux répondants sur trois (68,8%) indiquent que les personnes qui sont appréciées sont de facto plus motivées. En outre, le fait de se sentir valorisé pour ses performances professionnelles stimule l’implication dans le travail: selon 61,3% des répondants, cela les rend plus productifs.

«Teams, Zoom et d’autres technologies peuvent quelque peu compenser l’absence de contacts informels au bureau, mais pas les remplacer. C’est souvent à ces moments-là, autour de la machine à café ou pendant la pause de midi, que les gens mentionnent ce qui s’est bien passé. L’absence de ces retours d’information constructifs de la part de collègues et de supérieurs peut susciter le sentiment d’être moins apprécié au travail, ce qui peut entraîner une augmentation du stress et des plaintes pour ‘burn-out’ professionnel », déclare Lode Godderis, professeur de médecine du travail à la KU Leuven.

Le fait que nous nous sentions moins appréciés est également lié à un cadre de référence nettement plus flou, ‘Est-ce que je travaille bien, est-ce que je fais correctement ce que l’on attend de moi?’. 

On fait un compliment à notre collègue aujourd’hui ?

Lire aussi: