Home Lifestyle Pour répondre au « souping », ils inventent le « tartifletting » et « racletting »

Pour répondre au « souping », ils inventent le « tartifletting » et « racletting »

C’est l’indigestion générale, le « souping » ne passe pas auprès des internautes. Ils n’en peuvent plus de cette fâcheuse tendance qu’ont les médias à créer des « anglicismes » tout le temps.

Le petit mot déclencheur

Ce weekend, un article publié sur le Elle France a suscité la polémique sur les réseaux sociaux. Le magazine a en effet, théorisé un nouveau concept: « le souping« . Intitulé, « Et si le souping était le nouveau juicing d’hiver« , l’article se planche sur une nouvelle tendance culinaire. En réalité, ce concept n’a rien de nouveau, étant donné sa définition: « comme son nom l’indique, le souping est une soupe, de préférence home made réalisée à partir de légumes aux effets détoxifiants. » Traduction: le souping, c’est grosso modo manger de la soupe

L’humour pour exprimer l’agacement

« Juicing« , « Cocooning« , « Curling« , « Contouring » etc. etc. Les mots en « ing » nous envahissent. Pourquoi en abusons-nous? Car, en ajoutant cette terminaison à de simples mots, les médias (mais pas que) font croire à de nouvelles tendances. Le problème, elles sont loin de l’être. En effet, les cures de jus et de soupe existent depuis bien des années. Agacés par cette manie, les internautes ont décidé de pousser le concept jusqu’au bout et ce, avec beaucoup d’humour. Sur Twitter, le « racletting », le « tartifleting », le « cafing », le « sucring » ont vu le jour.

Comme le rappelle le HuffPost, Elle France n’est pas le premier magazine a utiliser ce terme. Plusieurs médias américains, l’ont déjà utilisé « Souping the new juicing« , « Should you try souping« .

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.