Home Lifestyle “LE POINT G” épisode 14: la chronique sexo de Gaëlle

“LE POINT G” épisode 14: la chronique sexo de Gaëlle

Gaëlle, 26 ans, a passé huit ans de sa vie en couple. Mais après plusieurs déceptions, même si elle n’abandonne pas sa quête de l’amour avec un grand A, elle a décidé de se laisser vivre sans pour autant se priver des plaisirs de la chair. Elle compte bien découvrir les joies du sexe sans tabou et mener des expériences sans avoir froid aux yeux.

L’autre jour, je vivais ma dernière soirée avec Ben. On y était. Je ne cessais d’y penser: demain, il retourne en Amérique du Sud. Demain tout s’arrête. Mais on s’était mis d’accord: pas question de déprimer et de passer notre dernière soirée à pleurer. Ces trois derniers jours avaient été parfaits, il ne fallait pas tout gâcher.

«Ce soir, je cuisine pour toi» m’avait-il dit le matin même. Nous étions donc dans la cuisine, après ma journée de boulot. Il était en train de me préparer à manger: un curry japonais. Il avait tout amené pour que je n’aie à me soucier de rien. Me faire bichonner par celui que j’aimerais épouser. Bon, ça va, j’exagère. Peut-être pas épouser. Mais nos enfants seraient tellement beaux!

Il taille les légumes en petits morceaux. Et moi, je n’arrive pas à détourner mes yeux de ses bras musclés. Ses gestes sont si précis. J’aurais donné n’importe quoi pour être un morceau de tofu sous ses mains. Après de longues secondes à épier ses mouvements, je me sens frappée d’un feu qui me ravage le bas du ventre.

Si j’étais un mec, je le prendrais sur le plan de travail sans trop lui demander son avis.

«Si j’étais un mec»… N’importe quoi. J’ai d’autres moyens de le «prendre » qu’une protubérance entre les jambes.

Il agite ses morceaux de carottes dans l’huile brûlante. Moi aussi, je veux le faire frétiller. L’idée de son départ m’enlève toute inhibition. Je n’ai peur de rien. Son regard croise le mien pendant une fraction de seconde. Je me décide à agir en le plaquant contre le mur glacé.

Ses yeux s’écarquillent. Je détache sa ceinture et je m’agenouille. Sous son t-shirt, son corps est bouillant.

Je m’amuse à lui enlever ses vêtements pour lui faire sentir le carrelage glacé. Il tressaille. C’est là que l’idée du siècle me traverse l’esprit.

Sans prévenir, j’ouvre la porte de mon congélateur et attrape un glaçon que je mets dans ma bouche. Il n’en revient pas. Je sens son regard interrogateur sur mes lèvres. Oui mon coco, je compte bien te refroidir sans tarder. Je prends son sexe à deux mains avant de le lécher de ma langue de glace. Ses genoux frissonnent et ses mains attrapent mes épaules pour l’empêcher de flancher sous son propre poids. Il est un peu surpris par mon audace. Agréablement surpris. Cette fois-ci, j’ai envie de lui faire plaisir sans rien attendre en retour. Il m’excitait tellement devant les fourneaux que je voulais simplement lui montrer. Et c’est plutôt efficace. Mon amant ne me demande pas son reste.

Après quelques minutes de plaisir intense, il me supplie de me retourner pour s’enfoncer en moi.

Mais je refuse. Et comme pour lui montrer que c’est moi qui décide, je lui passe le glaçon désormais minuscule sur le bas du ventre. Tout son torse se contracte. De grosses gouttes d’eau perlent le long de ses jambes. Je le sens gonfler une dernière fois, et le souffle court, il jouit entre mes mains.

Il m’attrape immédiatement le visage et m’embrasse de toutes ses forces. Je le regarde, pleinement satisfaite, avant de lui glisser dans le creux de l’oreille: «la prochaine fois que tu viens en Belgique, c’est moi qui cuisine». Il n’y a plus qu’à espérer qu’il n’attende pas trop longtemps avant de revenir. On a beau s’être promis une soirée légère et sans prise de tête, je sens que mon cœur se brise tout doucement à l’idée que tout ça s’arrête.

Chaque semaine dans votre magazine, retrouvez la chronique de Gaëlle: Le Point G.

Pour lire les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.