Home Lifestyle Job Esther fabrique des meubles minimalistes en acier : « Je voulais faire...

Esther fabrique des meubles minimalistes en acier : « Je voulais faire quelque chose de mes mains »

Tendance ou pas, le travail manuel a un effet bénéfique, voire relaxant, pour une majorité de personnes. Esther en fait partie. Elle a décidé de suivre sa passion et s’est lancée dans le merveilleux monde de l’artisanat. Elle fabrique ses propres meubles en acier au style minimaliste.

« Ce n’est qu’après sept années d’études que j’ai réalisé ce que je voulais vraiment faire : créer quelque chose de mes mains. Après avoir étudié le travail social et la gestion culturelle, j’ai suivi des cours d’architecture d’intérieur. Grâce à ces derniers, je me suis rendu compte que je voulais exploiter mes mains et je me suis inscrite à un cours du soir de soudure, de manière assez impulsive. J’ai finalement suivi cette formation pendant plus cinq ans. »

Travail brut et physique

« L’acier est un matériau fascinant et j’ai très vite souhaité apprendre à fabriquer moi-même de grands objets et meubles. J’étais la seule femme à suivre ces cours du soir. Et maintenant que j’en ai fait ma profession à mi-temps, je suis toujours la seule femme soudeuse que je connaisse. Ça reste assez exceptionnel, je pense, pour un travail aussi technique, rude et physiquement exigeant. La fabrication d’une balustrade en acier de sept mètres nécessite une certaine puissance. Il y a deux ans, j’ai transformé le garage de mes parents pour en faire mon propre atelier, où je réalise tous mes projets. Vous m’y trouvez souvent noire de la tête au pied à cause de la saleté et affublée de ma salopette de travail. »

Quand les gens me demandent de leur créer quelque chose, je suis toujours enthousiaste, même si c’est quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. 

« Mon premier meuble était un rocking chair en acier, avec une assise en cuir. Le fait que je conçoive mes propres meubles de A à Z grâce à mes études d’architecture d’intérieur me permet de proposer des produits uniques. Mes clients me disent souvent que j’ai un style reconnaissable : minimaliste, féminin et raffiné. Malgré les clichés, je ne pense pas que la soudure soit typiquement masculine : cette pratique demande une main très sûre et une précision incroyable. Le plus dur, dans mon travail, c’est de prendre toutes les décisions moi-même. En plus de la soudure à proprement parler, je dois prendre le temps de faire des croquis, de maintenir le contact avec mes clients, de tenir mon site web et mes réseaux sociaux à jour, de m’occuper de la partie administrative et financière du business… C’est beaucoup de choses à gérer seule, et l’avis d’un collègue serait parfois précieux. »

« Quand les gens me demandent de réaliser quelque chose pour eux, je suis toujours enthousiaste et excitée, même si c’est quelque chose que je n’ai jamais fait auparavant. Il y a beaucoup de mathématiques en jeu lorsque je crée un objet et les calculs me passionnent. Je suis parfois stressée, parce que je suis perfectionniste, mais cela me permet de produire du travail de qualité et d’aller dans le détail. Mais de manière générale, jusqu’à maintenant, ce stress n’est pas justifié et j’ai toujours été fière de mes créations. »

 

Lire aussi: