Home Lifestyle Faut qu'on parle Faut qu’on parle: non, DJ Khaled, la fellation n’est pas obligatoire

Faut qu’on parle: non, DJ Khaled, la fellation n’est pas obligatoire

Dans une interview récemment dévoilée, DJ Khaled s’est laissé aller à quelques confidences sexuelles, mais il aurait mieux fait de s’abstenir. Il explique en effet ne pas faire de cunnilingus à sa femme, mais attendre d’elle qu’elle lui fasse des fellations.

Lors d’une interview partagée ce week-end sur Twitter, mais enregistrée en 2014, DJ Khaled, connu pour ses collab’ avec Rihanna ou Beyoncé, a évoqué quelques détails sur sa vie sexuelle avec sa femme. Il y explique notamment ne jamais lui faire de cunnilingus. A contrario, sa femme, est selon lui « obligée » de lui faire des fellations.

Les règles sont différentes pour les hommes. Vous devez comprendre que nous sommes les rois. […] Je pense qu’une femme doit honorer l’homme, le roi.

explique-t-il. Et lorsque l’animatrice lui fait remarquer que ce n’est pas très égalitaire, DJ Khaled va plus loin, en lui répondant que les femmes doivent y passer (à la fellation) qu’elles aient envie ou non. Nous vous rappelons donc que l’interview date de 2014, et non pas de 1930.

 

 

L’homme pour la maille, la femme pour la pipe

Si le DJ n’honore visiblement pas la minette de sa chérie, il explique l’honorer d’une autre manière En se souciant de son confort matériel (nous ne sommes toujours pas en 1930).  » “Ma façon d’honorer ma femme c’est de demander: Comment était ton dîner?’, ‘Tu aimes la maison dans laquelle tu vis?’, ‘Tu aimes les vêtements que je t’achète?’ Je prends soin de ma famille’”.

Des propos difficiles à avaler

Très vite, cette interview a enflammé la Toile. Des milliers d’internautes, dont l’actrice Evan Rachel Wood et l’acteur Dwayne Jhonson, ont tweeté leur consternation.

Traduction:

Personne n’est obligé de faire quelque chose sans en avoir envie. Mais si votre avis se base sur une propagande sexiste et obsolète, peut-être faut-il le remettre en question, vous pourriez manquer de belles choses.

Une vision inégalitaire des corps

Si les propos du DJ ont de quoi choquer, ils ne sont pourtant pas des cas isolés. (Trop) nombreux sont les mecs qui refusent de donner du sexe oral à leurs compagnes, tout en trouvant l’inverse absolument normal, voire « obligatoire. » Ce sujet d’apparence anecdotique est symptomatique d’un problème plus large et d’une vision inégalitaire des sexes. Ce n’est pas nouveau: le corps d’une femme – sa vulve en particulier – est tabou, il doit être caché, celui d’un homme sera admiré. Même sur Instagram, si les tétons d’un homme ne dérangent personne, ceux d’une femme sont directement censurés. Et en dehors de ça, c’est aussi le plaisir des femmes qui est vu comme moins important que celui des hommes. Une vision des choses qui est doucement en train d’évoluer: on parle de plus en plus du plaisir féminin, des orgasmes des femmes, de leur clitoris. N’oublions pas qu’il a fallu attendre 2017 pour qu’un clitoris soit représenté correctement dans un manuel scolaire (et ce n’est certainement pas DJ Khaled qui l’a dessiné).

Le sexe oral: une soumission?

Derrière ses propos, il y a aussi une idée dérangeante: celle du sexe oral perçu comme une soumission. Si le « Roi » ne prend pas la peine de s’agenouiller devant sa partenaire, la « Reine » elle, doit s’y abaisser. Or, le sexe oral – cunni comme fellation – n’a pas à être perçu comme un signe de soumission ou comme un acte dégradant.

Pour aller plus loin:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.