Home Lifestyle Ces moteurs de recherche qui font du bien à la planète

Ces moteurs de recherche qui font du bien à la planète

Ils sont verts, solidaires et éthiques. Aujourd’hui, de nombreux moteurs de recherche alternatifs se développent. L’occasion de passer au crible trois exemples qui nous permettent de penser à la planète tout en surfant sur internet : Lilo, Ecosia et Ecogine.

L’impact environnemental du numérique est un véritable fléau planétaire. Les nouvelles technologies représentent 4% des émissions annuelles mondiales de CO2. Un chiffre qui comprend aussi bien l’extraction des ressources pour créer un smartphone que l’envoi d’un mail… Ainsi, une unique recherche effectuée sur Google, maître incontestable des moteurs de recherche, produit 7g de CO2. On vous laisse imaginer le nombre d’émissions par jour à travers le monde rien que pour ce cas particulier… Face à ce constat, des modèles alternatifs surgissent. C’est le cas de Lilo, Ecosia et Ecogine. L’idée promue par ceux-ci séduit les utilisateurs : soutenir la société et la planète en continuant d’effectuer le geste banal et quotidien de la recherche sur internet. Autre avantage non négligeable, ces modèles alternatifs font des efforts en matière de données personnelles. C’est d’ailleurs l’un de leurs principaux arguments.

1

Soutenir des projets sociaux et environnementaux grâce à Lilo

Les recherches des internautes sur Lilo permettent de financer gratuitement des projets sociaux et environnementaux. Pour cela, le moteur français travaille avec des ONG et des associations. La diversité des domaines soutenus est large : lutte contre le cancer, contre le suicide des jeunes issus de la communauté LGBTQ+, protection des animaux… 50% des revenus récoltés grâce à la publicité est reversé à ces associations. De plus, il y a une légère compensation carbone. Certes, ce n’est pas suffisant pour compenser les émissions émises par le moteur de recherche mais c’est tout de même un geste supplémentaire à souligner.

Concrètement comment ça marche ?
À chaque recherche, l’utilisateur récolte une goutte d’eau virtuelle. Elle vaut entre 0,002€ et 0,003€. Ensuite, il est possible de les distribuer au(x) projet(s) de notre choix. Aujourd’hui, Lilo compte plus de 650.000 utilisateurs mensuels, 41.500.000 recherches par mois et plus de 2.798.900€ collectés. En plus de soutenir la communauté, ce moteur de recherche est respectueux de notre vie privée. Un fait non négligeable quand on voit la rapidité avec laquelle nos données personnelles sont vendues. Ici, pas de cookie de traçage. Le peu de données nécessairement récoltées restent stockées au niveau local.

Soutenir des projets sociaux et environnementaux grâce à Lilo

2

Planter des arbres avec Ecosia

Ecosia a été créé il y a 10 ans en Allemagne. Après avoir effectué un tour du monde, son fondateur, Christian Kroll, a pris conscience des problèmes liés à la déforestation. Fin 2019, Ecosia déclarait avoir récolté plus de 2,07 millions de revenus dont 945.000€ ont été reversés à des programmes de plantations d’arbres dans seize pays comme au Brésil, en Éthiopie, au Maroc, au Kenya… L’autre partie des revenus couvre les charges d’exploitation, les frais de publicité et des économies pour des investissements environnementaux importants. Ce sont les clics effectués sur les publicités qui rapportent de l’argent. Or, tous les utilisateurs ne cliquent pas spécialement. En moyenne, environ 45 recherches sont nécessaires pour planter un arbre. De plus, Ecosia fait également des efforts au niveau du respect de la vie privée. Les données collectées, pour des raisons de sécurité (éviter les spams) et pour savoir comment est utilisé le moteur de recherche, sont supprimées au bout de 7 jours et ne sont jamais vendues.

Au total ce sont plus de 15 millions d’utilisateurs mensuels qui sont séduits par ce concept. Grâce à eux, plus de 80 millions d’arbres ont été plantés depuis sa création. Pourquoi des arbres ? Parce que c’est utile pour l’environnement mais également parce que ça profite à la population locale par la nourriture générée et la création d’emplois (récolte, plantation…).

Planter des arbres avec Ecosia

3

Financer une association française via Ecogine

Ecogine est un moteur de recherche associatif. Les résultats fournis sont ceux de Google France. Ils ont d’ailleurs un partenariat avec le célèbre moteur qui leur permet de collecter une partie des recettes publicitaires. En moyenne, chaque recherche permet de récolter 0,0021 centime soit 1000 pour obtenir 2,10 €. L’argent est ensuite donné à une association française, agissant en faveur de l’environnement, élue par les internautes via un vote. Autre avantage, Ecogine compense ses propres émissions de gaz à effet de serre ainsi que celles de ses utilisateurs. Enfin, accessoirement, des fonds d’écran haute définition valorisant le travail de photographes embellissent le navigateur. Concernant les données personnelles, Ecogine ne collecte aucune information. Cependant, ses créateurs sont transparents et expliquent sur leur site internet “qu’une recherche sur Ecogine.org revient au même en termes de politique de confidentialité que si la recherche était effectuée sur Google directement.” Ecogine n’étant qu’un intermédiaire…

Financer une association française via Ecogine

Des métamoteurs

Lilo, Ecosia et Ecogine sont ce qu’on appelle des métamoteurs. Ils restent en effet dépendants des autres moteurs de recherche classiques comme Google, Bing ou Yahoo par exemple. Voici comment ça fonctionne pour Lilo par exemple:

Ces modèles alternatifs vont puiser en effet leurs informations dans différents moteurs de recherche “basiques”, sélectionnent et renvoient les résultats qu’ils classent selon un ordre de pertinence. Suite à ce constat, il est utopique de parler de moteur de recherche “totalement écologique”. Par exemple, Ecosia est dépendant de Bing (Microsoft), qui n’utilise pas que des énergies renouvelables… Malgré tout, il est plus intéressant de se tourner vers ces modèles alternatifs car ils nous permettent de soutenir des projets sociaux et environnementaux plutôt que d’enrichir les grandes entreprises internationales. De plus, ils peuvent nous aider à protéger le peu de données personnelles qu’il nous reste…

À lire aussi: