Home Lifestyle Animaux L’histoire de ce chien abandonné à la SRPA de Liège va vous...

L’histoire de ce chien abandonné à la SRPA de Liège va vous briser le coeur

Il s’appelle Puzzle, c’est un mâle Malinois de 4 ans, et sur les photos postées par la SRPA, il a le port altier et le regard curieux des chiens de sa race. Sauf qu’avant d’arriver au refuge, Puzzle a connu l’enfer de la maltraitance et est un véritable miraculé.

Sois maudit…
Sois maudit pour m’avoir laissé avec une fracture de la patte sans la soigner.
Sois maudit pour m’avoir déchiré l’oreille.
Sois maudit pour m’avoir privé de la moindre socialisation avec mes congénères.
Sois maudit pour m’avoir démuni de toute éducation.
Sois maudit pour m’avoir fait détester les inconnus et les hommes en particulier.
Sois maudit pour m’avoir interdit la maison.
Sois maudit pour ne m’avoir jamais promené, caressé et aimé…
Je dois avoir un an à peine et on m’a déjà détruit.

C’est en ces mots déchirants que commence la fiche de description de Puzzle sur le site de la SRPA. Puzzle? « Je suis arrivé au refuge, au début du mois de septembre, avec la patte de travers, l’oreille déchirée et un collier à picots; un vilain tableau. Alors on m’a appelé Puzzle parce que je suis en morceaux et qu’il m’en manque un ».

Il a fallu une semaine pour que mes soigneurs puissent entrer dans ma cage et avoir un premier contact physique avec moi. J’avais peur et je montrais sacrément les crocs, un vrai diable. Et pourtant, derrière mon apparente agressivité, des attitudes trahissaient une envie d’aller vers l’humain, alors mes soigneurs se sont entêtés…

Un entêtement qui a payé, puisqu’ainsi que continue la description de ce Malinois bougrement attachant, « j’ai appris à m’asseoir à la demande, je tire de moins en moins en laisse, j’accours quand on m’appelle, je rapporte mon ballon préféré pour jouer à « celui qui tire le plus fort » et je deviens maitrisable quand je croise un autre chien ». Un vrai miracle, sauf que son passé a rendu cet éclopé extrêmement méfiant, tout particulièrement envers les hommes.

Et pourtant, je suis un gentil. Une fois ma confiance accordée, avec elle, je donnerais ma vie. Alors le voilà, le challenge: trouver celui ou celle qui va prendre le temps de faire de moi, «son» chien.

Et le refuge de Cointe de souligner que « on parle ici de sauvetage plutôt que d’adoption. Ne pas imaginer un seul instant que ça va aller vite et facilement. Il faudra du temps, de la patience, énormément de douceur et pas mal de connaissances canines (et des petites saucisses, c’est indispensable!). Celui ou celle qui arrivera à mener ce processus à bien aura, à ses côtés, un chien de caractère, protecteur à outrance, fidèle et exclusif, avide de contacts et de câlins, à l’écoute mais toujours réactif à moult stimuli et qui ne sera certainement jamais « classique » ». Avant de conclure sur des mots déchirants.

Il me reste à espérer que mon maître existe et qu’il a du temps pour moi. C’eut été si simple de me nourrir de bonté et de douceur quand j’étais chiot; je n’en serais pas là aujourd’hui. Ce n’est pas ma faute, c’est celle de mon bourreau.

Et si non seulement ce maître existait, mais qu’en plus, il se cachait parmi ceux et celles qui vont lire cet article, est-ce que ce ne serait pas un véritable miracle de Noël?

Lire aussi:
La SPA recense les pires raisons d’abandons d’animaux et on montre les crocs
Il est désormais obligatoire d’obtenir un permis pour avoir un animal
C’est prouvé: il est possible (et normal) d’aimer autant un chien qu’un enfant

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.