Home @Home & Sorties Pourquoi cette femme politique veut interdire la masturbation au Texas

Pourquoi cette femme politique veut interdire la masturbation au Texas

Pour revendiquer le droit à l’IVG au Texas, un élue texane démocrate (ça existe) a déposé une proposition de loi un peu dingue: et si on interdisait la masturbation masculine?

Pas si bête

Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer Trump? C'est une question que beaucoup de citoyens à travers le monde se posent souvent, depuis plusieurs mois déjà, et encore plus depuis qu’il a décidé de ne plus financer les organisations anti-avortement. Fatiguée de se poser des questions et de ne pas trouver de réponses, Jessica Farrar a trouvé comment piquer là où ça fait mal: interdire la masturbation masculine. Pour miss Farrar, c'est une manière de revendiquer le droit à l'IVG au Texas. Dans une ambiance de plus en plus patriarcale et archaïque, elle a donc choisi de retourner les armes de l'ennemi contre lui-même. La création de Dieu a bon dos pour empêcher les femmes de disposer librement de leur corps, chez les Texans. Eh bien d'accord. Mais si l'avortement consiste à "enlever la vie", chaque éjaculation en solitaire est également une manière de perdre des chances de donner la vie. Du coup, Jessica Farrar demande qu'une amende de 100$ soit exigée à tous les hommes qui réaliseront un acte de masturbation ailleurs que dans une clinique qui pratique la fécondation. Alors messieurs les cowboys, on range sa libido dans sa poche et on arrête de se masturber. Merci pour Jésus.

Sensibilisation citoyenne

La démocrate ne s'attend évidemment pas à ce que sa proposition de loi soit vraiment prise en considération. Son objectif est surtout de pouvoir interpeller les hommes et les femmes du Texas de la bêtise de certains arguments des anti-IVG. 

Beaucoup de gens ont trouvé que ma proposition était drôle. Par contre, ce qui n'est pas drôle, ce sont les obstacles que les Texanes affrontent tous les jours à cause d'une législation, créée par des hommes, qui les empêche d'avoir un accès aux soins.

Dans un second temps, elle espère aussi faire prendre conscience aux Texans des pressions sociales qui pèsent chaque jour sur les femmes, puisqu'elles sont toujours plus facilement jugées, critiquées, contrôlées et méprisées que les hommes. Surtout dans cette partie très républicaine des États-Unis.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.