Home Forme SI vous n’êtes pas du matin, c’est la faute de la génétique!

SI vous n’êtes pas du matin, c’est la faute de la génétique!

« C’est pas ma faute, je suis pas du matin »… Bien loin d’être une excuse de marmotte, c’est on ne peut plus vrai: c’est la génétique qui détermine si on est plutôt du soir ou du matin. Et gare à celles qui ne respectent pas leur rythme naturel. 

Car l’horloge interne n’est pas un mythe, et suivant l’horaire sur lequel notre corps est calqué, on aura plus de mal à se lever le matin ou au contraire, à s’endormir le soir venu. Comme l’explique la chercheuse en chronobiologie Claire Leconte à L’Obs, tout est une question de chronotype.

Horloge interne

Chrono-quoi? Lié à des gênes présents dans l’horloge interne de chacun (oui, elle existe vraiment), le chronotype détermine la tendance à être plus efficace le matin ou le soir. C’est en effet l’horloge interne qui fixe les moments d’éveil et d’endormissement. Et qui explique pourquoi certains sont matinaux (leur horloge interne est en avance) ou plutôt du soir (horloge en retard de phase).

Régler ses pendules

Et pour éviter la fatigue chronique, on détermine son chronotype. Par exemple, grâce à un test établi par des chercheurs pour le Journal de chronobiologie. Autre indice: les personnes qui sont plutôt du matin sont souvent nées en automne ou en hiver, et les oiseaux de nuit, au printemps ou en été.

Rythme injuste

Problème: connaître son chronotype ne suffit pas, il s’agit aussi de déterminer le nombre d’heures de sommeil dont on a besoin chaque nuit. Car là aussi, chacune a son rythme, et les besoins varient. De manière parfois vraiment injuste, comme le souligne Claire Leconte.

Un gros dormeur a besoin de neuf heures de sommeil. Pour un petit dormeur, une nuit de six heures suffit, c’est d’une injustice sociale. Les petits dormeurs qui sont du soir sont les plus chanceux : ils profitent de leurs soirées jusqu’à tard dans la nuit tout en étant opérationnel relativement tôt dans la matinée.

Et d’ajouter: « le plus compliqué pour la vie sociale, c’est d’être matinal et gros dormeur quand le conjoint est du soir ».

Changement délicat

Heureusement, il est possible de modifier son rythme naturel. Avec prudence et patience: si on essaie de le modifier trop violemment, cela peut cause dépression et souffrances psychologiques. Pour réguler son sommeil, on évite les écrans et le sport deux heures avant de s’endormir. Et en cas de rythme vraiment difficile à vivre, on se tourne vers la photothérapie pour s’endormir apaisée.

L’enfer du réveil: 
5 preuves que vous n’êtes pas du matin
Etes-vous atteinte du syndrome du lundi matin?
Pas du matin? Ces solutions vont vous sauver

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.