Home Culture FAUT QU’ON REGARDE: « The American Meme », le documentaire Netflix sur les influenceurs

FAUT QU’ON REGARDE: « The American Meme », le documentaire Netflix sur les influenceurs

Avec « American Meme », Netflix dresse un portrait plutôt flippant (voire pathétique) des influenceurs. À voir!

Mis en ligne le 7 décembre sur Netflix, le documentaire « The American Meme » dévoile les coulisses des comptes Instagram les plus suivis au monde, des influenceurs qui sont parvenus à bâtir un empire à partir de leur image. Le réalisateur Bert Marcus est parvenu à recueillir les témoignages de Paris Hilton, Hailey Baldwin, DJ Khaled ou encore Emily Ratajkowski sur leurs utilisations d’Instagram.

Le destin brisé de Paris Hilton

Le plus édifiant? Celui de Paris Hilton, qui expose le lien très fort qui l’unit à ses fans. « Ma seule famille ; les seuls qui ne me trahissent pas » explique celle dont la vie fut brisée par une « sex tape » dévoilée au monde entier. Grâce à ce témoignage, la star de « The Simple Life » gagne un humanité. On en viendrait même à éprouver de l’empathie pour la milliardaire. Comme quoi…

Le business du paraître

Au fil des portraits, on découvre les facettes les plus inquiétant esde ce business du paraître, ne serait-ce qu’avec Kirill Bichutsky, alias « slut whisperer » dont la profession consiste à « chuchoter à l’oreille des putes », mais aussi à faire boire des femmes en boîte de nuit et à asperger leurs seins nus de champagne avant de poster les clichés sur ses réseaux. Et visiblement, ça fonctionne, puisque le jeune homme comptabilise plus d’un million de followers. On découvre aussi le quotidien de Brittany Furlan, star humoriste de la plateforme Vine (RIP) ; ou celui de DJ Khaled dont l’égo démesuré plaît beaucoup, visiblement.

On en retient quoi?

Le réalisateur aurait pu aller plus dans l’analyse de ce phénomène. Ici, on a parfois l’impression d’être face à une ribambelle de témoignages vides, venant de people parfois tout aussi vides. On sent que le réalisateur a essayé de faire le pathos, mais on a surtout l’impression qu’il brasse du vide. Malgré ça, on vous le recommande. On comprend à tel point cette quête de popularité provient souvent d’un énorme manque de confiance, de fêlures profondes de la part des influenceurs. Et que derrière les strass et le champagne des story, se nichent des story bien moins drôles et beaucoup, beaucoup de solitude.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.