https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/
Home Culture Livres L’auteure du “Diable s’habille en Prada” n’écrirait pas le roman si c’était...

L’auteure du “Diable s’habille en Prada” n’écrirait pas le roman si c’était à refaire

DEAUVILLE, FRANCE - SEPTEMBER 09: Actresses Meryl Streep (L) and Anne Hathaway arrive at the The Devil Wears Prada premiere at the 32nd Deauville Festival Of American Film on September 9, 2006 in Deauville, France. (Photo by Francois Durand/Getty Images)

Avec son récit brutal(ement drôle) de son expérience en tant qu’assistante d’Anna Wintour, “Le Diable s’habille en Prada” de Lauren Weisberger a rencontré un succès immédiat et décroché une adaptation à Hollywood. Et pourtant, si c’était à refaire, l’auteure du best-seller a confié qu’elle s’abstiendrait.

Assistante au sein du prestigieux “Vogue” US durant les années 90, Lauren Weisberger a écrit “Le Diable s’habille en Prada” pour chroniquer le quotidien parfois ahurissant de celles et ceux qui gravitent dans l’orbite de la femme la plus puissante du monde de la mode, Anna Wintour. Un quotidien romancé, parfois tellement tiré par les cheveux qu’il semble inventé (l’obsession pour le steak, le silence dans l’ascenseur ou encore la livraison du “book” ayant pourtant été confirmés par d’autres depuis) et qui a valu à son auteure une déferlante de critiques à laquelle elle ne s’était pas préparée.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lauren Weisberger dans l’oeil du cyclone

Dans un entretien accordé à la journaliste Lina Das, l’auteure américaine, qui a depuis écrit une série de best-sellers et confortablement assis sa place au panthéon de la chick-lit, suppose avec le recul que sa maison d’édition se doutait de la négativité qu’allait susciter son livre, mais que personne ne l’avait préparée à la violence des critiques.

Des reproches particulièrement virulents à New-York, fief d’Anna Wintour et QG de “Vogue”, le “New-York Times” ayant profité de la sortie de la version ciné du “Diable s’habille en Prada” pour qualifier le livre de “best-seller geignard et perfide”. Et Lauren, revenant sur cette période, d’avouer qu’elle n’aurait “probablement jamais écrit le livre” si elle avait su à quoi elle s’exposait. Et nous priver d’une performance magistrale de Meryl Streep?! Paradoxalement, si elle n’a jamais fait le moindre commentaire sur le livre en public, Anna Wintour a d’ailleurs affirmé avoir trouvé le film “très divertissant”…

Lire aussi: