Home Culture Insolite 8 gros lourds qu’on croise à chaque soirée à Liège

8 gros lourds qu’on croise à chaque soirée à Liège

Liège, la Cité ardente, son tempérament bouillonnant, ses soirées caliente… Ce qui est dommage, c’est qu’on a beau changer de spots, on y croise toujours l’un ou l’autre de ces 8 gros lourds. Portrait de ces clowns qui n’arriveront jamais à nous ramener, ce qui ne les empêche pourtant pas d’essayer à chaque fois. 

1. Le bro de HEC

De prime abord, il nous ferait plutôt craquer avec sa chemise ouverte juste ce qu’il faut et sa confiance en lui carrément sexy. Sauf que le côté ado attardé qui continue à parler de son assoc’ avec fierté et affonne le moindre ancien alumni comme si sa vie en dépendait, merci, mais on a déjà donné il y a dix ans, et là on est plutôt à la recherche d’un homme, un vrai.

via GIPHY

2. Le faux diplômé de HEC

Pas de Haute école de commerce pour lui, plutôt une haute école tout court, même si ce qui est surtout haut chez lui, c’est son col, aussi relevé que son torse est bombé quand il affirme sans ironie que le prochain Zuckerberg, c’est lui. Quand on lui demande ce qu’il fait en attendant, il reste vague, parce que son occupation principale, c’est de faire du vent. NB : s’il ne porte pas son polo, on le reconnait au fait qu’il commande uniquement des Jet 27 parce que ça fait une haleine mentholée pour embrasser les petites poupées. Merci, non merci.

via GIPHY

3. Le pseudo-bobo du Laveu

Il est là, à nous parler de la coopérative dans laquelle il achète ses légumes bio et du bonheur qu’il éprouve à vivre dans un quartier qui a vraiment une âme, et nous, on se retient de lui répondre que vu l’inflation sur le prix des maisons, c’est surtout une âme de vendu qui habite le coin. Pour s’en débarrasser, on lui demande comment il fait pour se garer vu qu’aucune de ces charmantes maisons pleines d’âme n’est pourvue d’un garage, et on le regarde s’éloigner d’un air vexé. Et bim!

via GIPHY

4. Notre ex

Celui qu’on déteste, et dont on voit toujours apparaître la face sournoise parce que Liège est un village et que malgré toutes nos prières, ce triste sire n’a pas encore décidé de déménager à l’autre bout de la terre.

via GIPHY

5. L’accro au sport

Rien que de l’entendre nous parler avec enthousiasme de ses joggings dans Buerun, on a des sueurs froides, et notre rythme cardiaque commence vraiment à d’affoler quand il nous dit que le crossfit, c’est la vie, et qu’on devrait vraiment essayer. Parler autant d’effort physique, pour le coup, ça nous affame, alors on le laisse courir sur place et on va se faire un petit Cali avec extra fromage.

via GIPHY

6. Le fana d’Axe

De loin, il passe inaperçu, mais dès qu’on s’en approche, il nous fait tourner la tête -dans le mauvais sens du terme. En règle générale, il aime mélanger le parfum sucré et puissant de son déo préféré avec l’Acqua di Gio, et si on tombe sur le parfait spécimen, il y a des chances pour que le produit dont il se tartine les cheveux dégage des odeurs chimiques aussi. Danger: parler trop longtemps avec lui signifie le mal de tête garanti, et un peu de nausée aussi.

via GIPHY

7. Le fils à papa

Son père est à la tête d’un des restos les plus courus de la ville, et on le sait parce qu’il ne sait pas dire trois phrases sans s’arranger pour le placer. Pas de chance, ce n’est pas celui-là notre restaurant italien préféré, et en plus, sortir avec un trentenaire qui reçoit encore de l’argent de poche, ce n’est pas super haut sur notre liste de priorités. Comme quoi, l’argent n’achète pas tout, quoi que ce pourri gâté puisse en penser.

via GIPHY

8. Le baraki de compèt’

Avec son accent à couper au couteau, difficile de capter s’il vient de S’rin ou d’Ougrée, mais ce qui est certain, c’est qu’il n’est pas natif du 4000. Fondamentalement, il n’est pas méchant, d’ailleurs il a l’air vachement enthousiaste d’être « monté à Liège », mais vu que faire le trajet inverse ne nous branche pas, qu’on n’est vraiment pas fan des chaînes en or et que le combo Standard-Dino Burger est la vision même de notre date de l’enfer, on va gentiment l’ignorer et attendre que le Prince Charmant capte enfin qu’on est tous les vendredis soirs dans le même café.

via GIPHY

Lire aussi: 
6 restos parfaits pour un lunch entre copines à Liège
10 situations que connaissent toutes les Liégeoises exilées à Bruxelles
5 bars liégeois parfaits pour un premier rendez-vous

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.