Home Culture Cinéma Faut-il aller voir le nouveau « Aladdin » au cinéma?

Faut-il aller voir le nouveau « Aladdin » au cinéma?

C’est l’une des sorties les plus attendues de l’année. Voilà que le live action d’Aladdin est aujourd’hui disponible dans les salles. On l’a vu en avant-première, on vous raconte.

Reprendre un grand classique qui a marqué des millions d’enfants, c’était un pari risqué. Mais au vu du succès de ses récentes adaptations, Disney a tout misé sur son remake d’Aladdin. En 2019, la maison de Mickey nous propose une version revisitée de son chef-d’oeuvre.

Un rêve bleu à la hauteur?

De la première à la dernière seconde du film, Disney n’a pas souhaité créer la surprise comme pour Dumbo qui s’est vu différent de sa version originelle. Le scénario est exactement le même, ce qui ne laisse pas de grand suspens sur la tournure des événements.

Mais finalement, ce n’est pas plus mal. Les chansons résonnent en nous et ont un goût de madeleine de Proust. Le cadre est grandiose, coloré. Agrabah impressionne par ses couleurs chatoyantes et toute la magie de l’Orient est au rendez-vous. Pour ce seul voyage à bord d’un tapis volant, Aladdin vaut la peine d’être vu au cinéma.

Côté musique, Aladdin nous fait danser sur notre siège. Le rythme est enjôleur, les chansons interprétées par de nouvelles voix n’ont rien perdu de leur superbe. Quelques titres font même leur apparition et s’intègrent à merveille dans le scénario.  On est surprises à plusieurs reprises par un Will Smith hypnotique qui s’essaie au rap et au beatbox. Et ça marche.

Côté casting

Si Will Smith et son rôle de génie tiennent à eux seuls les rennes du charisme nécessaire à l’envoûtement, Aladdin et Jasmine sont convaincants, autant au moins qu’Abou et sa frimousse de petit singe.

Là où ça coince par contre, c’est pour Jafar. Le vilain et sournois vizir nous en fait bouger une sans toucher l’autre. On parlait du charisme de Will Smith, celui de Marwan Kenzari n’est pas à la hauteur de nos souvenirs apeurés. Il n’impressionne pas et tient davantage un rôle d’enfant gâté que de méchant convaincant.

Même sentiment pour Iago, son perroquet. L’animal ressemble à une perruche empaillée et parle beaucoup trop. Son machiavélisme est plus risible qu’autre chose.

Jasmine féministe

Une autre différence, ou du moins un élément un peu plus marqué que dans le dessin animé, c’est la volonté de mettre le féminisme en avant. Jasmine revendique son droit à la parole, sa volonté de prendre le peuple en considération et sa place au pouvoir.

L’air de rien, le nouveau Disney remet le patriarcat en question et interroge sur la question des genres. Mettant ainsi en avant une princesse engagée bien loin de l’image superficielle que l’on pouvait en avoir. Un point fort qui est mis au centre de l’histoire, avant même son amourette naissante avec le prince des voleurs.

Verdict?

Si le dessin animé fait partie des grands classiques de votre enfance, alors il vaut la peine d’être vu au cinéma. La nostalgie qui nous anime fait renaître une douce sensation enfouie dans nos tripes. Aladdin nous emporte dans des contrées lointaines et nous laisse rêver en bleu à la magie des nuits d’Orient. Et c’est tout ce que l’on attendait d’un conte de fée modernisé.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.